Le diable vous propose un souhait, qui peut changer votre vie, est-ce que vous oserez accepter son...offre ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Retour aux sources pv Lie Volokine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Summer Zahova
Eurasienne
Eurasienne
avatar


Messages : 174

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Retour aux sources pv Lie Volokine   Ven 5 Déc - 20:27

La salle était froide, lugubre, loin de la verdure, des espaces rayonnants d'Eurasia et de la chaleur de ses habitants. L'air que l'on respirait dans ce complexe sportif avait un parfum musqué fort et lourds, on eut dit qu'une centaine d'hommes à la testostérone effervescent eurent tous baisés en même temps dans cette petite salle fermée. On aurait pu croire, juste en respirant cette odeur, qu'ils avaient marqués la salle dans le but de laisser les futurs artistes, qui passaient un entretien, dehors, dans le froid, le vent et la pluie battante à souhait.

Pointe de pieds levés et fièrement armée de son Angélique, Le parfum d'homme remplissait les narines de la jeune femme, lui piquant à vif chacun de ses sens à fleur de peau. Ses iris d'océans s'attardèrent un moment vers les cinq membres du juriste, ceux-ci n'avaient pas l'air véritablement enthousiastes de voir une autre concurrente aux airs de débauche, mal coiffés aux teint aussi pâle qu'un cul.

Les cheveux bouclés et sauvages de Summer restaient malheureusement indomptés quoi qu'elle en fasse, ce n'était pas sa faute, elle avait pourtant essayé la laque, le gel fixant et même de se les attacher correctement en serrant un chignon: Rien n'y faisait.

Elle s'était donc présentée ce jour-là dans une légère robe bleue-nuit avec ses habituels cheveux aux lueurs enflammés, attachés en une sorte de chignon serrés, ses fins cheveux rebelles se rependant comme un soleil autour de son front.

Fronçant les sourcils en vidant ses poumons d'air, elle caressait Angélique de la pointe de son menton en effleurant les premières cordes de son archer, elle s'enivrait alors de l'un de ces mondes intérieurs, ces rêves mystérieux, afin de présenter "la Rose des sables". L'oeuvre s'envolait vers l'espoir, le bien-être, la passion, entraînant dans ses notes d'ambres clarifiées la chaleur d'un désert aride au soleil envoûteur.

La musique emportait les nuances des pays chauds jusque dans les doigts et les pieds de Summer qui commençait à se déhancher sensuelement au rythme de sa musique, totalement enivrée par sa symphonie.

Au bout de quelques minutes qui parurent aussi courtes qu'elles seront gravées dans leurs coeurs et esprits, les juristes applaudirent la jeune artiste, lui promettant une réponse rapide et positive dans le prochain lieu ou elle allait pouvoir travailler.

Fermant la porte derrière elle, une belle tache de sueur sur le dos de son t-shirt, Summer contenait sa bonne humeur interne.

Depuis qu'elle avait fait la connaissance de cette entité, les choses avaient l'air de s'améliorer, pourtant ce n'était pas de la chance qu'elle avait demandée poliment, mais seulement une humble compagnie, dès lors que celui-ci eut accepté, le coeur de la jeune fille s'était gonflé d'un espoir nouveau, elle se sentait connectée avec le monde, prête à affronter une nouvelle vague d'obstacle.

Elle sauta frénétiquement sur le sol en multipliant les " oui oui ouiiii!" Et sortit du bâtiment avec la même hardeur, adressant aux passants pressés, détrempés par la pluie incessante, sa bonne humeur et ses " oui" sonores ajoutés à son sourire habituel, franc chaleureux.

L'Angélique dans son étuis, elle ne fit pas attention aux passants, totalement subjuguée par le retournement de sa situation avant de littéralement bousculer un passant avec son violon sur le chemin. L'instrument tomba au sol sous la force du contact, arrachant un léger gémissement de la part de la jeune artiste.

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Summer Zahova le Lun 8 Déc - 21:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lie Volokine
Diablesse
Diablesse
avatar


Messages : 253

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Dim 7 Déc - 16:16


Retour aux sourcesSummer Zahova & Lie Volokine

Qu’est-ce que je faisais là ? Quel intérêt de revenir dans cette maudite région ? Et moi qui m’étais jurée de ne plus jamais revenir. Faut croire que pour tenir mes propres promesses je suis nulle. J’avais une idée en tête. Je devais trouver mon père et surtout ce garçon aux yeux dorés. Je veux le remercier et surtout comprendre tout ce qui trame dans cette secte à la con. Oui la curiosité est un vrai défaut mais là ce sont des questions qui, à mon avis, sont lourdes de conséquences. Mais à cette époque je ne m’en rendais pas compte et si je savais ce qui se tramait j’allais le regretter comme maintenant. Ignorer ce n’est pas si mal que ça. Mais ça je vais le découvrir à mes risques et périls.

Les rues étaient calmes, il y avait quelques passants mais tous tiraient la gueule. C’est la fin de journée. Personne pour sourire, comme si un drame venait d’avoir lieu. Alors que non, c’était juste la fin du boulot. Ca puait la sérieuse dépression ici. Mais je ne suis pas mieux. Je ne souris pas non plus, j’avance sans savoir où aller aussi. Je ne sais pas par où commencer mes recherches. Je ne veux pas recommencer avec les échecs. Je dois avancer. Je ne veux pas ramer dans la vie comme toutes ses personnes qui tirent la gueule. Honnêtement je ne savais même pas où dormir cette nuit. Le ciel était oranger, la nuit allait commencer à tomber. Et je n’avais toujours pas mangée. Je soupirais. Vraiment, je regrettais d’être revenue ici. Et si on me trouvait ? Je ne veux pas retourner chez ma famille d’accueil, après tout je me suis sauvée comme une voleuse et je leur ai fait beaucoup de mal, je ne voulais pas recommencer.

Je sentis quelque chose me bousculer. Je reculai de quelques pas. Je ne sentis aucune douleur. Merci le Diable pour ce vœu. Faut avouer que ça m’aidait bien dans beaucoup de situations. Je ne sentais plus aucune douleur physique ou psychologique. C’est ce que je  souhaitais. Mais là, à cette époque, ça ne commençait pas à me jouer des tours. Je risquais de regretter ce vœu plus tard. Mais là n’est pas la question.

Un gémissement se fit entendre. Un gémissement féminin, léger. Et quelque chose tomba au sol. Je le ramassais. C’était un instrument. J’avais à faire à une artiste ? Une musicienne ? Etonnant, je n’en connaissais aucune. En même temps je ne connais personne me diriez-vous. Ce qui n’est pas faux. Je tendis l’instrument à la personne en face de moi. Une rousse avec les cheveux en batailles et de magnifiques yeux bleus. Je lui souris en lui rendant son instrument.

« Faites attention la prochaine fois, il pourrait se casser. Et ça serait dommage. »

Non je ne lui demandais pas comment elle allait. Vous allez me dire qu’avec une petite bousculade elle a besoin d’aller à l’hôpital ? Non, et puis elle avait l’air d’être plus inquiète pour son instrument qu’elle-même. Heureusement pour elle, il n’était pas cassé.

© Lady

_________________



Dernière édition par Lie Volokine le Dim 14 Déc - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Summer Zahova
Eurasienne
Eurasienne
avatar


Messages : 174

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Lun 8 Déc - 21:04


Angélique chutait sur le sol détrempé et froid, manquant de briser son enveloppe en plastique noire, sur le trottoir durant sa trajectoire. Sa jeune propriétaire ponctuait son appréhension de la casse par une grimace qui s'étirait sur son visage pâle. Renfrognant la dextre de son nez en plissant ses yeux, elle du faire un effort pour ne pas injurier la passante ou lui faire une quelconque remarque, après tout, c'était cette derrière qui venait de la bousculer, et pourquoi?
Soupirant en prenant son calme et en retrouvant rapidement sa jovialité et sa joie de vivre naturelle, elle croisait les bras de façon timide et à la fois gênée contre sa poitrine en observant l'inconnue de ses iris viride.

Ses yeux aux lueurs d'émeraude, expressifs, indiquaient toute sa détresse et son inquiétude dès le moment ou la jeune femme soulevait l'Angélique du sol humide et de la menace d'une flaque d'eau qui était en train de se créer avec la pluie légère qui battait son plein. Une subtile perle de sueur se distinguait nettement sur la tempe de Summer, dissimulée tant bien que mal par ses boucles ardentes, elle se tenait comme pétrifiée, horrifiée à l'idée même que la jeune femme tienne son instrument de musique dans ses mains.
L'Angélique lui faisait cet effet lorsqu'elle était tenue par d'autres personnes, la moiteur de ses mains, le tremblement léger de ses doigts et l'assèchement de sa bouche étaient les premiers signes d'un manque et à la fois d'une émotion de peur qui la prenait aux entrailles: Angélique lui était étroitement liée.

La suite du discours de la belle inconnue hérissait ses poils et la naissance des cheveux sur le cou et sur le corps de la jeune artiste. Sous son t-shirt détrempé, ses tétons s'étaient durcis, pourtant le froid n'y était pour rien.
Il y avait là une tiède chaleur installée à Westeria, malgré la froideur du décor, qui permettait aux touristes de se vêtir de peu de vêtements afin d'être en total possession de leurs capacités physiques.
Ce n'était donc pas la capitale qui lui avait également provoqué un soupir étrange, d'un mélange entre l'excitation et l'angoisse, mais bel et bien cette inconnue aux traits aussi fins qu'affirmés.

Summer songeait immédiatement aux grand arbres noircies par la dureté des hivers chez elle, à ces feuilles d'un blanc éclatant, immaculé qui laissait évoquer autant la pureté de la peau de la jeune femme que sa froideur. Son sourire n'était qu'une de ses rares feuilles dorées d'automnes qui restaient encore haut perchées sur les ramures de ses arbres centenaires.
Le temps semblait se saisir de l'instant, qui pourtant, n'avait duré qu'une seconde, le temps d'un sourire, d'une notre et d'une symphonie.
L'hiver était la saison de cette inconnue aux courbes étroite mais si forte et Summer ne saurait expliquer comment, mais le reflet d'or des yeux de cette femme à la beauté surprenante l'attirait comme cette feuille haut perchée en haut de ces arbres hivernaux: elle reflétait l'espoir, la douceur, la sincérité mais aussi la chute d'éléments marquants qui avait du avoir lieu dans sa vie antécédente.

L'artiste assez proche de l'inconnue rougissait, ses traits pâle prenant la teinte d'une pivoine qu'elle tentait de dissimuler tant bien que mal en abaissant sa tête, soumise, laissant le voile enflammé de sa chevelure cacher son malaise.


" - Je suis désolée madame, je venais d'apprendre une nouvelle qui m'avait complètement emportée. Cela ne se reproduira plus..."


Laissant ses derniers mots en suspens, elle levait délicatement son visage vers l'inconnue, un sourcil levé, et l’interpella de ses iris émeraude en la laissant sous entendre par son regard innocent qu'elle attendait que cette jeune femme lui rende son bien, son arme, son Angélique.

Cependant tandis que le printemps rencontrait sa Némésis, l'hiver aux reflets chatoyants, Un homme, costard cravate, lunettes noires, aux allures d'un agent richissime les attendaient de l'autre coté du trottoir.
Momentanément, tandis que les femmes semblaient perdues dans leurs pensées, il abaissait subtilement ses lunettes en esquissant un sourire carnassier, il avait repéré sa proie et il allait passer à l'attaque.
Regardant sa montre, il marchait à contre-sens d'elles, tandis qu'une milice même d'homme pareillement vêtus sortirent de pars et d'autres à l'encore de l'artiste et de sa nouvelle comparse.
Armés jusqu'aux dents, d'armes inconnus pour Summer, à portée longue et en rafale, il reconnurent aussitôt le gibier sauvage à abattre; Et elle? Les connaissait-ils?


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lie Volokine
Diablesse
Diablesse
avatar


Messages : 253

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Lun 8 Déc - 22:09


Retour aux sourcesSummer Zahova & Lie Volokine

La personne en face de moi avait l’air perturbée quand elle vit que j’avais son instrument en main. Qu’est-ce qui la rendait comme ça ? Que je lui vole ou lui casse ? Ça avait l’air d’un bien précieux pour qu’elle réagisse ainsi. Que j’y pensais, moi je réagirais de la même façon si elle avait mes poignards en main. C’est précieux. C’est un cadeau. C’est à moi et personne n’a le droit d’y toucher. Je pense que c’est la même chose pour elle. Quand on tient réellement à quelque chose, on a cette angoisse qui naît en nous quand on voit notre bien dans les mains d’une autre personne. La seule chose dont on a envie c’est de le récupérer au plus vite. De l’avoir là, entre nos mains pour faire disparaître cette boule au ventre et ces sueurs froides. Faire disparaître ce frisson désagréable qui parcourt la totalité de notre corps. Ce frisson qui indique à quel point nous sommes en pleine détresse. Ce frisson glacial que l’on ne veut plus sentir. Ce frisson qui, quand il est là, nous indique un mauvais signe.

Alors je rendis immédiatement l’objet précieux à sa propriétaire. Ça allait la rassurer. Je ne comptais pas lui casser ou autre de toute façon. Je connais ce sentiment désagréable. Ce sentiment dont j’ai enfin pu me débarrasser. Mon souhait était de ne plus souffrir. Le Diable m’a gâtée : je ne souffre plus physiquement et mentalement. Donc personne ne peut me faire de mal. La seule chose que je vais ressentir c’est … Un vide ? Je ne sentirais rien. Quel bonheur me direz-vous ! C’est encore ce que je me disais à cette époque, quand j’étais en face de cette petite rouquine. Mais désormais je peux vous dire que c’est un calvaire.  Pourquoi me diriez-vous ? Et bien parce que souffrir c’est ce qui nous rend humain. À cette époque je n’étais plus totalement humaine mais je ne m’en rendais pas compte. À cette époque j’étais un peu comme une machine-humaine. Quelqu’un qui ne ressent rien, qui agit. Comme les robots que l’on peut fabriquer à Westeria.

La jeune fille s’excusa, prétextant une nouvelle qui l’avait emportée. Je lui souris, tout simplement. Après tout aucune de nous deux n’avait fait attention et moi la première à ne pas regarder en face de moi.

« Y’a aucun mal, je suis la première à ne pas avoir fait attention alors pardonne-moi. »

J’essayais d’avoir un ton rassurant, histoire qu’elle ne se sente pas gênée. Après tout je la voyais toute rouge. Ce qui me plaisait le plus chez cette fille c’était ses yeux. J’aurais aimé avoir des yeux aussi verts et surtout magnifiques que les siens. Elle avait son charme, j’espérais juste qu’elle était du genre à faire attention avec les garçons.

D’ailleurs en parlant garçons, une petite milice avec un homme mystérieux passa derrière nous alors que nous étions en train de commencer à discuter. Quand ils passaient, j’eu un frisson dans le dos. Etonnamment ça n’indiquait rien de bon. J’avais un pressentiment étrange. Surtout quand je voyais la façon dont ces hommes nous regardaient. Qu’est-ce qu’ils voulaient ? Les filles de joies sont à l’extérieur de la ville après tout. De plus, ils étaient armés jusqu’aux dents. J’espérais juste que nous n’étions pas leur cible. Je mis ma main sur l’épaule de la rouquine en face de moi et m’approcha pour lui murmurer à l’oreille.

« On s’en va. Mieux vaut ne pas rester dans les parages. »

Et j’avais raison. On avait à peine fait dix pas que les balles fusaient dans la rue. Plusieurs passants se prirent des balles dans le corps. Certains à la jambe, d’autres au dos ou encore à la tête. Quand le premier tire retentit, je tirais rapidement la rouquine avec moi dans la première ruelle que je croisais. On était mal barrées. Nous étions les cibles. Enfin elle je dirais. Je ne vois pas pourquoi est-ce que qu’un engagerait des tueurs à gage pour me tuer. Je suis seule, sans famille. Enfin j’ai ma famille adoptive mais je doute que ça soit eux.

« Ne sors pas de là. »

Je n’allais pas sortir non plus. Je m’adossais au mur et comptais combien ils étaient. Une petite dizaine. C’était déjà énorme. Je déglutis sur le coup. Je n’avais pas le choix. À cause – ou grâce comme vous voulez – je n’avais pas sentis qu’une balle avait pénétré mon épaule droite. Je n’avais rien sentis. Je sortis une arme à feu, chargée. Il fallait que je me débarrasse d’eux. Mais vu combien ils étaient je me demandais s’il ne fallait pas mieux fuir. Ils sont plus nombreux après tout et je ne suis pas sûre de tous les avoir du premier coup. Je tentai un premier tire. Je visais. J’avais réussi à lui tirer au niveau de l’abdomen, rien qui puisse le tuer.

« Dis voir miss, quelqu’un t’en voudrais pas par hasard ? »

Je ne savais pas quelle option choisir. Sinon on pouvait toujours jouer au chat et à la souris : on se sauve, ils nous poursuivent. Et on tente de les buter. Enfin je. Non pas que je doute de la force de la petite avec son instrument mais un peu quand même. Beaucoup. Dans quelle merde je venais de me mettre encore ? Je soupirais. Je devais me concentrer. Garder mon sang-froid. Et vite agir. Savoir quelle option choisir. Et je devais faire vite vu la vitesse à laquelle les balles fusaient. Il ne restait plus de passants dans la rue et les hommes approchaient en groupe, dangereusement. Je tentai un nouveau tire. Bingo, dans la tête, il tomba raide au sol. Fallait sérieusement que je fasse mieux si je voulais protéger cette fillette qui n’avait rien à voir là dedans.

© Lady

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Summer Zahova
Eurasienne
Eurasienne
avatar


Messages : 174

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Mer 17 Déc - 1:11

Les yeux ronds comme deux billes, la jeune femme laissait son regard fondre entre les iris magnifique de l'inconnue jusqu'à ses mains immaculés, une véritable beauté froide, statuesque, Summer hésitait cependant longuement avant de reprendre son bien des mains de cette femme au caractère fort. Fronçant les sourcils en se mordillant légèrement la lèvre inférieur, l'artiste ne savais pas quoi faire à ce moment présent.

Il aurait été si simple de prendre Angélique en remerciant l'inconnue et de partir de Westeria sans un mot en retour, cependant la rousse ne l'entendait pas de cette oreille, cette personne qu'elle venait de rencontrer sur un coup du destin lui avait été imposée contre sa volonté et en y regardant de prêt sans totalement la dévisager, Summer trouvait qu'elle avait un air connu, familier, particulier: Quelque chose de mystérieux et de puissant flottait chez cette femme et cela l'attirait royalement.

En remuant délicatement sa tête de droite à gauche en fermant les yeux, Summer prit son arme salvatrice des doigts de la jeune femme en soupirant, elle aurait tellement aimé pouvoir pendre le temps de discuter avec cette inconnue, en savoir un peu plus sur sa vie, sur Westeria, sur ce qu'elle faisait sur ce même trottoir au même instant qu'elle, devant le conservatoire des artistes musicaux.

Tant de choses qu'elle aurait aimé lui demander et évidement, partager avec elle, cependant, la rousse fut littéralement coupée dans son élan par la vue d'un homme qui passait et repassait sur le même trottoir, ne le connaissant pas, elle soupirait longuement, las de ne connaître personne dans ce monde, avant de reporter son attention vers la brunette qui avait l'air d'avoir également observé ce phénomène pour le moins étrange.

Un frisson mystérieux parcourait l'échine de la violoniste lorsqu'elle observait d'autres hommes pour le moins hostile, des agents, sortir de part et d'autres des ténèbres pour avancer vers elles. Resserrant son étuis de l'Angélique contre son corps fin, chétif pour se rassurer, griffant même le cuir de l'étuis de ses ongles clairs, Summer venait de comprendre bien tardivement que ces hommes en noir n'étaient pas des plus courtois ni sympathique, bien au contraire!

Bien loin d'avoir la même réactivité que sa comparse, sans laquelle elle se serait faite shootée sur le champs, elle restait là, tétanisée de peur et d'angoisse devant les armes noires et brillantes qu'ils avaient brandis, tels des fous-furieux en quête de gibier.

Ce n'est que lorsqu'elle commençait à courir contre la pluie de balles meurtrières, abaissant son visage au niveau de l'étrangère, qu'elle pu comprendre que cette inconnue venait de lui sauver la vie. Summer ne savais rien de Westeria et à peine arrivée en ville, c'était déjà la misère.

Elle entendait les bruits sourds des détonations, parfaitement consciente de la moindres action qui se passait à cet instant étrange, tout en suivant les bruits de pas de l'étrangère à l'aveugle, tel un papillon attiré par une lumière céleste, les yeux clos, le visage fermé, tremblant.

Elle se mit a courir d'autant plus vite en larmoyant légèrement en entendant les souffles rauque des passants agonisants, leur ventre ouvert et chaud, sur le sol mais elle n'eut pas la force d'ouvrir ses paupières rosies par ses larmes et l'écoulement de son maquillage.
Préférant se dissuader de toute cette affreuse réalité, Summer aurait préféré courir encore très loin jusqu'à son ancienne maison en Eurasia si cela lui aurait permit de sauver sa peau, et celle de sa nouvelle amie, mais encore une fois la jeune femme experte en matière de poursuite les conduisis dans cette étroite ruelle afin d'être en sûreté pour un moment.

Le dos contre le mur glaciale, Summer soufflait en silence, haletait, essoufflée et apeurée par tous ses éléments, ses yeux se révulsaient dans le berceau de ses iris, elle du les fermer un instant pour éviter une crise de vertige.
Ses paupières frémirent un instant avant d'observer le ciel et de supplier encore une fois que ce cauchemar ne cesse, cependant la réalité était bien présente, la voix de la jeune femme à ses cotés raisonnait dans le creux de son oreille comme un glas de honte.

Summer observa l'inconnue d'un regard étrangement serein mais interloqué, elle aussi avait l'air d'avoir aussi peur et prise au dépourvue qu'elle malgré ses étonnants réflexes guerriers. Cela étonnait l'artiste errante qui en levant un sourcil, visiblement curieuse, lui répondit d'une sa voix sensuelle mais légère et étouffée par un noeud au ventre du à la peur:


" - Oh la vache! Vous aussi vous avez ce genre de truc!"


Elle venait de voir que la jeune femme également portait ce genre d'arme récolteur de cadavres, mêmes reflets, même couleur.
Voyant visiblement que ce n'était pas la réponse qu'escomptait l'inconnue, Summer déglutissait à son tour, ses iris virides destinés à ne plus lâcher les couleurs flambantes des guns de lady winter, elle reprit avec peine:


" - Je ne suis arrivée que de ce matin, je viens d'Emeraude, un petit village en Eurasia je ne vois pas ce qui pourrait les intéresser! AAHH!"


Se bouchant les oreilles suite à une détonation trop forte, elle lâcha sans en prendre conscience son étuis en fermant les yeux, totalement pétrifiée.

Sa compagne de fortune venait d'en butter un.

Summer ne l'avait pas vu, mais curieusement, une sueur froide s'était emparée de son dos lorsqu'elle avait pu entendre le soupir de l'homme quitter son corps ou ce dernier chutait lourdement sur le goudron.
Levant une paupière, en ôtant les mains de ses oreilles, Summer récupérait son violon rapidement avant de réfléchir à toute vitesse.
Elle ne savait pas combien ils étaient ni ce qu'ils voulaient, la jeune fille à ses cotés était armée peut être qu'en hauteur elle pourrait les tirer au pigeon?
Summer buggait sur cette idée, la bouche grande ouverte, elle faillit se mettre une claque.

Elle avait toujours été contre les actes de violence et là, devant l'action, elle ne pensait qu'à aider la magnifique femme à tuer d'autres hommes mais avec plus d'aisance et de facilité qu'il n'y paraissait. Elle aurait pu penser à fuir, à donner cette étrangère en pâture ou encore à courir plus loin en oubliant cette inconnue, ce qui aurait été un peu plus dans sa nature, mais non.

Elle se mit une baffe avant de décréter à toute allure:


" - Jai une chambre d'hôte de l'autre coté de la rue là, juste derrière, je vais vous y emmener pour que l'on puisse y réfléchir. Ce n'est pas tous les jours qu'on fait du tir au pigeon ici... n'est-ce pas? "


Sans attendre la réponse, Summer se figeait instantanément dans l'espace, son teint pâle prenant une couleur blafarde, grise. Elle monta un doigt fragile et tremblant au niveau du coude de la jeune fille et exerçait une pression minime sur sa peau, à l'endroit ou une balle l'avait touchée. La vue du sang ne l'arrangeait pas, au contraire, elle du cligner plusieurs fois ses yeux recouverts de larmes pour chasser tous ces mauvais moments de sa mémoire.


" - J'ai de quoi vous soigner, je sais comment m'y faire pour cicatriser les mauvaises blessures! Il faut juste que l'on aille de l'autre coté de la rue. Je ne pense pas que les gars là soient dans toute la ville. Nan? On va essayer d'être optimiste, d'accord? Au fait, moi c'est Summer. "

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lie Volokine
Diablesse
Diablesse
avatar


Messages : 253

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Mer 17 Déc - 22:09


Retour aux sourcesSummer Zahova & Lie Volokine

Je ne saurais plus vous dire cet effet néfaste que peut avoir le fait de pleurer. Cette douleur, le cœur qui se resserre, cette impression que tout nous tombe dessus en une fraction de seconde, cette lourde charge sur les épaules que l’on doit porter seule, savoir que l’on n’y arrivera pas même si on est obligé de le faire. Être brisée, détruite de l’intérieur, dépressive, savoir que rien ne peut nous faire du bien. Cette peur de mourir. Vous savez ce que c’est ? Je l’ai ressentie tellement de fois. Néanmoins je ne sais plus ce que cela fait. Avoir peur de tout perdre brusquement, que rien ne peut empêcher cela car c’est quelque chose d’inévitable, que quoi que l’on fasse ça reste inutile. C’est ce sentiment là que j’ai voulu oublier. Et c’est que ressentait sans aucun doute la petite rousse à ce moment-là. Je ne sentis qu’un vide intense en moi quand je la vis pleurer. Je savais que je devais faire preuve d’empathie. Mais je ne pouvais plus faire cela sur des sentiments blessants. Car ça risquait de me blesser et émotionnellement parlant je ne ressens plus rien. Juste le plaisir, la satisfaction. Rien de mauvais. C’était mon souhait. Je le regrettais en voyant son visage. J’aurais tellement voulu que ça soit elle qui ressente ce vide à ce moment-là pour qu’elle ne pleure pas. Je ne ressentais rien, mais je n’avais pas envie qu’elle continue de pleurer.

La première phrase de la jeune fille était … sur mes armes. Elle était impressionnée parce que j’en avais. C’était de vieilles armes, ici à Westeria, les personnes ont bien mieux désormais, merci la technologie ! Mais faut croire que cette fille ne connait pas cela. Cela se voyait qu’elle n’était pas d’ici, sinon elle n’aurait pas sortie cela. Je souris, essayant de la rassurer de mon côté du mieux que je pouvais. Parce que la seule chose que je pouvais faire était de la rassurer et surtout la protéger. Je sais que je ne ressentirais encore rien s’il lui arrivait quelque chose, à cause du Diable, mais je ne pouvais pas la laisser là. Moralement je n’arrivais pas à la laisser mourir tout simplement. Je ne la connaissais pas mais je commençais déjà à l’apprécier. Ses mimiques timides, sa chevelures ou encore ses yeux la rendait unique. Et ce n’était pas quelqu’un qui méritait de mourir. Bien sûr, aucun passant ne le méritait. Mais je ne peux pas sauver tout le monde. Malheureusement. Je ne suis pas assez forte pour cela. Déjà que je ne sais pas si je vais pouvoir sauver cette femme.

Elle était donc d’Eurasia. C’était un bout de terre que je n’avais encore jamais visité. Ça pourrait être pas mal plus tard. Néanmoins je ne devais pas me concentrer que sur elle car les hommes approchaient encore. Et une détonation impressionna la rousse qui fit tomber son étui et qui se boucha les oreilles. Je me contentais de faire une grimace puis je tentais un nouveau tire : je visais, je tirais. Sur la cuisse. L’homme poussa un cri grave et se jeta sur le mur près de lui. Les autres se stoppaient net et se cachaient pour éviter de se prendre des balles dans le corps. Ils devaient voir qu’avec mon arme à feu je m’en sortais pas si mal. Si seulement je visais mieux, je pourrais tous les buter ! Mais ce n’est pas le cas, je dois encore m’entraîner dur.

La fille à côté de moi me parla à nouveau. Elle avait une chambre d’hôte pas loin apparemment. Ça pouvait faire office de cachette à condition que les hommes ne nous voient pas. Si l’on passe par le chemin arrière pour les contourner ça devrait le faire. Ce n’était pas une mauvaise idée. Parce que vu leur nombre, je ne risquais pas de tous les tuer.

« Du pigeon rôti me tente bien quand même. »

En clair : j’avais envie de les buter. Parce que je ne comprends pas pourquoi ils viennent nous tirer dessus et la seule envie que j’avais étais de me venger et de leur filer une bonne raclée. Mais ce n’était qu’une envie. Ce n’était pas ce que l’on allait faire. J’allais lui proposer de faire comme elle venait de me dire jusqu’à ce que je la vis devenir brusquement pâle. Qu’est-ce qu’elle avait ? Elle allait faire un malaise ? Hey je ne peux pas tout gérer à la fois, je suis un démon pas une machine ! Elle recommença à pleurer en touchant mon épaule. Je saignais. On m’avait donc touché. Heureusement je ne sentis rien. Encore grâce au Diable. Oui ce vœu a un avantage, quand même. Seulement physique par contre.

« Je n’ai pas mal, ne t’en fais pas. »

Du revers de ma main, j’essuyais les larmes sur le visage si doux de Summer. Elle voulait me soigner et être optimiste. Je n’ai jamais pensé mourir. Je n’ai pas passé un pacte avec le Diable pour rien. Je tirais une nouvelle fois dans le vide, en visant rapidement en direction des hommes pour les intimider. Puis je rangeais l’arme dans son étui et prit la main de Summer.

« Moi c’est Lie. Viens, on va continuer sur cette ruelle et prendre le chemin arrière pour les contourner. À toi de me guider pour aller chez toi. »

Je ne m’étais pas rendue compte que je lui tenais encore la main alors que je commençais déjà ma marche en direction de la rue inverse. Quand on arriva, la rue était déserte. Normal vous allez me dire, qui ne se sauverait pas après avoir vu des hommes tirer dans la rue d’à côté ? Pas même un enfant. Je sentais bien que c’était tendu. C’était compréhensible qu’ils se cachent. Mais là encore, je ne pouvais pas comprendre leur peur.

Je continuais de saigner. Je sentais le sang couler doucement mais aucun picotement, aucune douleur. Je ne ressentais rien.

« Je te suis Summer. Je peux te faire confiance ? »

Je ne pouvais que lui faire confiance sur ce coup. Même si je n'accorde pas ma confiance aussi facilement de base, je ne pouvais que prendre sur moi. C’était ça ou la guerre au risque de perdre contre les hommes. De plus on devait faire vite, ils allaient vite se rendre compte que l’on a disparues. Ils ne sont pas idiots. Dommage mais non. Et je ne risquais pas de tirer une nouvelle balle en l’air juste pour les faire attendre. Déjà parce que les balles je les paye. Et en plus ils risquent de nous localiser grâce à ça. C’est d’ailleurs pour cela que j’accélérais le pas en suivant Summer. Bien sûr, je regardais toujours à droite, à gauche, devant et derrière nous s’ils étaient là. Il ne faudrait surtout pas que l’on tombe dans une impasse ! Alors là ça serait la mort assurée. Surtout que l’on n’a rien à se reprocher. À cette époque j’ai préféré les fuir parce que je ne savais pas qu’ils étaient vraiment pour moi et non Summer. Mais je ne voulais pas risquer ma peau. J’aurais dû savoir que plus j’en tuais et plus nombreux ils seront. J’aurais dû m’en douter. Mais non. J’étais trop naïve à ce moment-là.


© Lady

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Summer Zahova
Eurasienne
Eurasienne
avatar


Messages : 174

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Lun 29 Déc - 15:58


La jeune violoniste acquiesçait les palabres de Lie en baissant momentanément la tête, ses yeux légèrement gonflés du à ses pleures reprirent une teinte brillante, une lueur de lucidité et d'espoir renaissait aux creux des iris de la jeune fille. Lie était visiblement blessée, mais ne semblait ni ressentir le mal que cette bal avait fait en perforant sa peau magnifique, ni ressentir les émotions tel que la peur ou la souffrance. Interloquée, Summer jeta un dernier coup d'oeil à cette blessure carmin qui avait plongée la moitié du bras de Lie dans une nuance de rouge et de brun, elle avait l'air profonde et horriblement douloureuse, tant et si bien que la jeune artiste du retenir un haut-le-coeur en songeant que la balle aurait pu l'atteindre elle et non sa comparse.

Elle soupirait en prenant une longue respiration, comme si elle allait partir en apnée, sa main tenue par celle de Lie lui donnait la pression, un stress immense lui caressant l'âme, si l'une tombait durant cette cavalcade, l'autre tomberait aussi: elles étaient liées par cette poignée de main.  
La jeune fille rassemblait tout son courage pour regarder la rue derrière elles et vérifier qu'il n'y avait personne, puis sans attendre Lie, elle tira celle-ci pour qu'elle suive sa course. Ses jambes étaient tendus, son coeur s'accélérait tandis que l'Angélique se balançait d'en avant en arrière au rythme du bras léger de la jeune rousse. Il n'y avait que quelques mètres à franchir et ils paraissaient pourtant tellement loin !
Summer ne pensait à rien ni ne jetait de coup d'oeil derrière elle pour vérifier que Lie allait bien, tout ce qui comptait à ce moment était la survie et le but qu'elle s'était donné: rejoindre son hôtel qui maintenant était juste en face d'elle. Cela aurait été si facile d'ouvrir la porte et de jeter Lie dedans, cependant un de ses hommes les talonnaient et les avaient rattrapés de peu.

Summer Ouvrit alors rapidement la porte et jeta Lie dedans sans le moindres scrupule à l'intérieur, pensant à sa chute, sa mort, car si leurs mains étaient encore liés et que l'homme descendait Summer avec son flingue, au moins Lie pourrait avoir le champs libre pour le butter.
Le chasseur était sur la porte, prêt à tirer sur les jeunes filles, son sourire édenté s'accentuait en quelque chose de carnassier et de non humain. Summer était pétrifiée, mais elle s'était promise de protéger Lie, c'est ainsi que sans y penser, sa main droite s'était raffermie sur Angélique.


" - Baaaanng! "


Le violon venait de frapper l'homme en plein dans la tête, au niveau de sa tempe, il vacillait avant de tomber cul le premier sur le seuil de la porte. Sans attendre aucun répit et profitant de l'effet de surprise, la jeune artiste lui décocha un second coup de violon dans sa tête. Le bruit fut assourdissant et une gerbe de sang s'écoulait de la tempe de l'homme: sa peau pâle et l'absence de respiration indiquait son trépas récent.
Sans perdre une seconde de plus, Summer tirait le corps du perron de la porte, la fermant au passage en vérifiant que personne ne les avaient suivis, puis elle se jeta sur la commode et les meubles lourds. Sous l'effet de l’adrénaline, ses muscles étaient si fortement bandés qu'elle n'eut aucun mal à déplacer l'armoire à vêtement qui devait au moins peser une tonne, elle se mouvait en faisant un bruit infernale.
la jeune rousse était totalement rincée, aussi bien moralement que physiquement, reniflant en examinant on oeuvre de loin, elle soupira, ramassait son étuis ensanglantée avant de rejoindre Lie au niveau des escaliers en colimaçons.


" - Je suis au troisième étage, c'est mieux je pense, de prendre l'escalier, on ne sait jamais qui pianote l'ascenseur! Et ces mecs pourraient peut être nous coincer dedans... Enfin, on va pas finir paranos hein! On va juste essayer de survivre, pas vrai? Bon, on y va! Ca va aller, ton bras?"


Levant un sourcil, inquiète, elle commençait à monter les premières marches de l'escalier d'ébène en colimaçon. le bois craquait doucement sous les pas des deux filles, tant et si bien qu'un homme d'âge moyenne ouvrit la porte en prenant un air pas commode, mais alors pas commode du tout!


" -  C'est pas un peu finit vot' bordel là?! Y en a qui essaient de dormir! Y en a qui bossent de nuit, MEEEEEEEEERDE ! Putain ! Summy, t'as du sang sur tes mains?! C'est qui ça?!"


" - Léon, s'il te plais, on est un peu fatiguées, tu ne vois pas? On fait ce qu'on peu pour pas faire de bruits! Au pire mets tes boules quiet! "


Léon, un jeune homme ne dépassant pas la trentaine, sur le pas de sa porte était d'une pâleur fantomatique, la bouche bée, ouverte comme une carpe extrait d'un lac, observait Lie et son bras sous toutes ses coutures.


" - Putain Summy! T'as été te fourrer dans quel quartier chaud encore putain! Elle saigne ta pote!"


Fronçant les sourcils en soupirant, la jeune fille se dérobait et commençait à monter le second étage sans jeter un coup d'oeil derrière elle.


" - J'en sais foutre rien! On nous a attaqués là comme ça, y avait des gars armés et tout, un vrai bordel! Et tiens, rends toi utile! T'as une carabine dans ta chambre nan? Ben si tu entends des meubles grincer ou des gens rentrer, fusilles-les! "


Le dénommé Léon disparut derrière sa porte blindée en étouffant une vague de juron. Prenant un ton moins autoritaire, la violoniste franchissait le dernier étage qui la séparait de chez elle en parlant doucement à la blessée:


" - Je suis désolée pour ça, mais Léon est quelqu'un de très... nocturne, il a quelques soucis de santé, une loupgaroutite aigüe je crois, enfin un truc du genre, à cause d'un pacte avec un démon ou je ne sais plus trop quoi. Enfin, c'est quelqu'un de gentil et de fiable, je suis sur qu'il nous aidera! "
* A défaut de nous chasser et nous bouffer cette nuit mais bon...*


Arrivant devant sa porte, les clefs de la chambre tintèrent dans sa main avant d'ouvrir la porte qui séparait les deux jeunes femmes de leur chambre de fortune. Les mains toujours liées à celles de Lie, Summer déposa en premier son Angélique et son étuis dans un recoin sombre de l'appartement qu'elle connaissait par coeur, avant d'allumer faiblement les ampoules des murs en appuyant sur un interrupteur.


" - Quand je suis arrivée ici, je ne savais même ça qu'on pouvait capturer le soleil et en extraire sa lumière pour en faire une énergie lumineuse toujours disponible! Mon dieu, qu'est-ce que je peux être naïve! Ca va un peu mieux ton bras? As tu soif, quelque chose? Et ces mecs dehors, tu les connais, toi? Comment ça se fait que tu n'as pas l'air de souffrir? Oh! Pardon, je parle de trop! Pardon!... "

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lie Volokine
Diablesse
Diablesse
avatar


Messages : 253

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Lun 19 Jan - 21:21


Retour aux sourcesSummer Zahova & Lie Volokine

On courrait. Le plus vite possible. On voulait aller loin. On voulait limite voler pour sortir de là. S’en aller le plus loin possible pour survivre. Pour vivre. Pour oublier cette course poursuite. Je ne pouvais pas laisser Summer se faire prendre. Ah ça non. Alors nous étions là, en train de courir dans la rue, essoufflées et rouges comme des tomates. Je ne ressentais aucune douleur à la poitrine à cause de l’exercice, néanmoins je respirais tellement vite que j’avais la sérieuse impression d’étouffer à chaque fois que j’expirais. J’avais l’impression de ne plus pouvoir respirer. Pourtant on devait le faire. Nous devions sauver notre peau. Nous tenions à la vie. Pourquoi ? Parce que chaque personne a quelque chose à accomplir, et nous devions accomplir notre destinée avant de se rendre compte que notre vie ne vaut rien. Summer surveillait nos arrières, continuant de guider mes pas pour trouver l’hôtel. On n’avait rien fait pour mériter cela. Ou alors nous n’avions rien à accomplir et la vie voulait juste nous chasser de là. Laisser la place à des personnes plus utiles ? Ah ça non. Et je ne comptais pas laisser des cons retirer ma vie. On m’a donné une seconde chance, ce n’est pas pour la gâcher si facilement !

Un homme nous repéra. Néanmoins je n’eus pas le temps de réagir que je me sentis balancé à l’intérieur tandis que Summer restait dehors, frappant l’homme avec son violon. BANG. Elle me surprit. Alors que je lisais de la peur dans ses yeux, elle prit son courage à deux mains - ou son violon – et tenu tête à l’homme. Sans aucune pitié, sans scrupule, sans regret, elle le frappait. Je l’observais faire, je n’arrivais pas à bouger. Je ne sais pas pourquoi je restais immobile. Je devais l’aider. Je devais bouger. Mais je ne sais pas pourquoi je n’y arrivais pas. Je ne pouvais que la regarder faire. Comme une grande. Comme une femme. Elle cognait en pleine tête jusqu’à le faire saigner. Après le second coup, elle entra en balançant le corps plus loin puis se jeta sur les meubles lourds présents à l’intérieur. Je me précipitai près d’elle, l’aidant à se relever. La pauvre, elle devait sentir la fatigue peser sur ses épaules. Puis elle ramassait son violon et me dit qu’elle était au troisième, elle préférait prendre les escaliers se méfiant de l’ascenseur, puis elle me demandait pour mon bras. Je me contentais d’hocher positivement la tête puis je la suivis donc.

Dans les escaliers on rencontra un drôle de personnage. Il râlait jusqu’à ce qu’il vit le sang sur Summer. Ou « Summy ». Puis il observa mon épaule et devint pâle comme un linge. Je me demandais même s’il n’allait pas tomber brusquement dans les escaliers celui-là. Il lui demandait dans quelle merde elle s’était foutue. C’est con mais elle-même ne le sait pas ! Je restais silencieuse, derrière Summer. Je la suivais tandis qu’elle lui demandait de surveiller et de tuer si besoin est. Ce n’était pas mal comme idée, mais ce n’était pas non plus utile de le mêler à nos soucis, pour sa sécurité. Après quelques râlements, il rentra chez lui. Il avait l’air d’apprécier Summer, il risquait donc de nous aider. En plus il n’arrivait pas à dormir car il était devenu loup-garou. Qu’est-ce qu’il avait souhaité au Diable celui-là ? Quelque chose de badass ou alors de vraiment devenir un loup-garou ? Quelle idée ? Alala … En tout cas elle le décrivait comme fiable, digne de confiance. Aucun homme ne mérite ma confiance. Néanmoins je ne fis aucun commentaire là-dessus. Je ne pouvais pas au vu de la mauvaise situation dans laquelle nous sommes.

On arriva enfin devant la porte de la rousse. D’ailleurs, la petite Summy n’avait pas lâché ma main, elle la tenait toujours. Est-ce que tenir ma main la consolait ? Ou la rassurait ? Sur ma présence ou mon état de santé. Elle avait peur que je flanche. La pauvre. Elle posa son étui avec son instrument et alluma les lumières. Puis elle me parlait de l’énergie solaire, puis me posa une tonne de questions. Je finis par lâcher sa main. Elle me demandait pourquoi je ne souffrais pas, qui étaient les hommes, si mon épaule allait bien. Je retirais ma veste, laissant mes épaules nues. Une en sang bien sûr. Je pris une de mes dagues, fouillais dans les tiroirs et trouvais de quoi coudre puis visitais pour trouver la salle de bain.

« Je vais soigner ça et répondre à tes questions, ma petite Summy. »

Je lui dis cela avec un léger sourire, un clin d’œil pour la taquiner légèrement sur le surnom puis je lui tournais enfin le dos. Je ne mis pas longtemps à trouver la salle de bain. La dague en main, je la plantais dans ma plaie et fouillais dedans. Je n’avais pas mal. Mais j’étais quand même pâle. Ne pas souffrir ne veut pas dire que mon corps ne ressent pas les contrecoups des attaques. Si on me coupe la tête, je ne peux pas la recoudre hein ! Je finis par sortir la balle de mon épaule alors que je continuais de saigner. Je pris une serviette pour retirer tout le sang. Et je finis par coudre pour refermer la plaie à mon épaule. Je n’avais pas mal. Suite à ça, avec une autre serviette propre, je nettoyais tout le sang que j’avais sur le bras et ma poitrine. Heureusement que mon débardeur était noir, au moins on ne voyait pas trop mes tâches de sang. En fouillant un peu dans la salle de bain, je trouvais un gros pansement, de quoi cacher la plaie. Puis je mis le tout dans la corbeille des serviettes sales et rejoignis Summer.

« Voilà, c’est déjà plus propre non ? »

Je lui souris, nous étions enfin tranquille. Enfin … Pour combien de temps en vérité ? Une heure ? Deux heures ? Une nuit ? Une journée ? Au pire, je gardais mes armes sur moi et apparemment Summer aussi voulait se mettre à tuer des gens, on saurait se défendre un minimum. Je trouvais un siège sur lequel m’asseoir tandis que je fixais la rousse en face de moi.

« Je ne connais pas ces hommes. D’ailleurs, merci pour tout à l’heure. »

Je ne vais pas cracher à la figure de quelqu’un qui m’a aidé hein. Je lui dis cela avec un même sourire pour qu’elle comprenne que je vais bien. Après tout je n’ai pas mal. N’est-ce pas ?

« Comme ton loup-garou en bas, j’ai passé un pacte avec le Diable. Voilà pourquoi je ne souffre pas. Tu veux que je t’explique mieux ? »

Je ne l’encourageais pas à faire la même chose. Elle voulait des réponses, j’allais juste lui en donner. Je tapotais le siège en face de moi pour qu'elle s'approche davantage.

© Lady

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Summer Zahova
Eurasienne
Eurasienne
avatar


Messages : 174

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   Mar 3 Fév - 14:47

L'Angélique reposait maintenant contre le mur de bois de la chambre de Summer, recouverte de cette substance aqueuse écarlate, elle rayonnait comme jamais, d'une telle façon qu'on aurait pu croire un moment donné que le violon était doté de sentiments et d'une vie qui lui était propre. Tournée vers Lie, Angélique semblait la narguer de toutes ses flammes, d'ambre et de rouge éclatant, elle détenait de sang de l'homme qui avait blessé l'épaule de la belle et semblait satisfaite d'avoir tué et vengé cette jeune femme auquel Summer semblait tant apprécier.

Cette dernière était dalleur partie dans la cuisine, ses oreilles au aguets, écoutant son amie tout en surveillant les bruits du rez-de-chaussée. Les compresses étaient à coté, dans la salle de bain, mais l'alcool et les désinfectants se situaient dans sa trousse sur l'étagère de sa cuisine, dans un moment rapide elle s'en saisissait avant de retourner auprès de sa jeune amie.
Qui avait déjà finie de se recoudre et l'artiste fut stupéfaite de la blancheur de Lie tout autant qu'en son silence. Elle avait retiré la balle mais n'avait pas hurlé, à sa place, Summer s'était imaginée tenir un gant dans sa bouche et hurler à la mort avant même que le couteau n'effleure sa peau. Ne parlons pas non plus du comas dans lequel elle aurait pu tomber si jamais elle aurait réussit à retirer la balle!

Les yeux ronds, elle attendit Lie sortir de la salle de bain, les désinfectants et l'alcool dans ses mains, elle se sentait un peu bête puis râlait un bon coup avant d'aller de reposer les liquides sur son lit, peut être fallait-il mieux désinfecter les plaies, quand même! on ne sait jamais, ne pas sentir la douleur ne veut pas dire être épargné d'infection dermiques.

" - C'est clair que c'est mieux! Mais tu aurais du désinfecter pour éviter que ça ne s'empire. Faudrait aussi que je pense quand j'aurais le temps, de nettoyer le sang de la salle d'eau... Léon risque de venir cette nuit sinon...! "

Lie allait s'asseoir en regardant ses armes puis avouait qu'elle non plus ne connaissait pas ces hommes. Mais de qui diantre s'agissaient-ils? Et pourquoi autant d'acharnement? Était-ce à cause du pacte avec le diable? Ou d'une autre raison? La jeune artiste s'asseyait également à coté de Lie, sur son lit puis se tournait vers elle, en levant un sourcil, étonnée de cette réponse des plus inattendues avant de rougir fortement devant le remerciement de la jeune femme.

" - Oh euh... euh... De rien, C'est Normal je crois bien."

Elle croisait lentement ses bras sur sa poitrine en déviant son regard de celui de la belle inconnue, son remerciement l'avait légèrement intimidé, cette fille était vraiment pleine de surprise! Téméraire, audacieuse, généreuse, ambitieuse et contre toute attente, gentille et aimable! Elle n'avait rien d'une humaine et pourtant, elle ressemblait tellement à quelqu'un que Summer aimait plus que tout: Sa mère, une vraie lionne qui se donnait corps et âme pour ceux qu'elle chérissait.

Soupirant en repensant avec nostalgie à sa défunte mère, La jeune rouquine acquiesça de la tête lorsque Lie lui proposait d'en raconter un peu plus sur elle, le pacte et le diable.

Summer connaissait assez bien le diable il fallait dire, le pacte qu'elle avait fait avec lui l'avait rapproché bien plus qu'elle n'y pensait. Son ombre était le diable, il était le poison qui l'influençait dans chacune de ses émotions, de ses notes et sa brûlure était des plus agréable, il l'aidait à ne plus se sentir seule, une véritable drogue qu'elle ne pouvait se passer au même titre, qu'Angélique. Et il était dit dans son village que sa mère même était devenue une diablesse au service de ce seigneur noir, mais les contes à ce sujet s'additionnaient sans jamais cesser, même au-delà de la mort de Mme Cécilith Zahova, tant et si bien qu'ils en devenaient insensés, légendaires.

" - Je vais juste chercher de quoi grignoter et boire, je pense que l'on ne s'est pas croisées au hasard Lie, vraiment... Parce que j'ai également quelques liens avec le diable, pour le meilleur et pour le pire."

Elle soupirait en se levant et prit quelques denrées sur l'étagère en écoutant d'une oreille distraite sa comparse.
Pendant ce temps, la nuit commençait à voiler la surface de la ville par sa palette de bleu nacrée et de rouge flamboyant, Sans que les habitants de l'auberge ne le sachent, un loup dévorait à pleine dent une belle carcasse d'homme sur le rez-de-chaussé.

Summer se rassit sur son lit en déposant les denrées et boissons au pied de sa compagne avant d'achever ses paroles:

" - En fait, Léon n'a pas pactisé, c'est son ex femme. Elle souhaitait avoir un homme aussi fidèle qu'un chien et lorsqu'elle connut Léon ce fut le coup de foudre et immédiatement le Diable le transforma en Loup-garou, autant pour la fidélité mais aussi pour défendre sa protégée.
Cependant, Une nuit, Léon ne reconnu pas sa femme qui avait créer une fête pour honoré l'anniversaire de son époux et de fut... l'hécatombe. Il m'a dit qu'il les avaient toutes dévorées à l'exception de sa femme, qui l'avait quitté le lendemain, il ne se souvenait même pas des détails, c'est comme s'il menait deux vies, ça doit tellement être compliqué! Enfin, du coup lui aussi se méfie des femmes maintenant. Ca vous fais un point commun à tous les deux! hihihi! Et toi du coup, vas y explique-moi pourquoi tu as décidé de ne plus souffrir, ça a vraiment du être un choix difficile...!
"

Repliant ses jambes sous ses fesses comme une enfant, la jeune fille observait Lie d'une regard intense, totalement subjuguée par l'histoire qu'elle allait raconter.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour aux sources pv Lie Volokine   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour aux sources pv Lie Volokine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB 1623] Retour aux sources du savoir
» Retour aux sources ou comme s'éclypser en toute discrétion ?
» Nathou et Syb,retour aux sources{Choupinet'
» Petit retour aux sources [Terminé]
» Retour aux Sources et aux Champs [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Wish :: Continent Sud : Westeria :: La Tour Bicéphale :: L’Étage 237-