Le diable vous propose un souhait, qui peut changer votre vie, est-ce que vous oserez accepter son...offre ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Lun 22 Déc - 21:08


Le diable éclata une nouvelle fois de rire et, alors qu'il s'apprêtait à disparaître, il parla une dernière fois à Liborio, dans la langue du diable....

- Zaiha esbádiaiq, cylra xi'Ycmyh acd ma bnasean ta sac káhányiq. Xi'em acd ma bnasean à xie z'ye luhlmi ih bylda. My juea xia di yc lruecea c'yhhuhla ehdánaccyhda.

Liborio écouta attentivement le diable. Avait-il réussi à le convaincre ? Le jeune homme n'en savait rien, mais il était clair qu'il avait joué à un jeu dangereux avec cette entité du mal. Une fois que le diable fût évanoui dans la nature Liborio tomba sur ses genoux, laissant tomber la mangeuse d'âme au sol, ainsi que ses mains, tête baissé il fixait le sol, même le feu semblait perdre de son énérgie. Avait-il bien fait ? Nul ne pouvait le dire à l'heure actuel.

Dans un élan de colère et de rage Liborio frappa ensuite le sol de toutes ses forces. Le diable lui avait lancé un défi. Dans un an précis, ils se feront à nouveaux faces. Aslan à ses cotés, Liborio avait donc un an pour se préparer.


"Je ne sais pas si tu m'entends saleté de diable ! Mais je relève ce défi. Rien ne me fais peur. J'affronterais Aslan dans un an, et ensuite je m'attaquerais aux dieux ! Et je deviendrais un vrai démon d'ici là, j'écrirais mon nom dans l'histoire"

Liborio se releva alors, balaya le feu, remis en place son matériel et se prépara alors à partir. Sa direction était la capitale, Albion, il était temps pour lui de retourner aux sources, il allait punir ce maudis continent, en envoyant le plus de gens possibles en enfer grace à la mangeuse d'âme. Alors qu'il prit son bouclier en main pour le placer dans son dos, il apercu le reflet de ses yeux, ils n'avaient plus rien d'humain le sigle de la trinité était maintenant formée aux niveaux de ses pupilles. Un cadeau du diable ? Il n'en savait rien ,mais il aimait plutot ca. Un dernier mystère restait quand même en suspend, les derniers mots du diable que voulaient-ils dire ? Il lui fallait donc les décodées avant la fin de son année.

---------------------------

Une semaine s'était écoulée depuis sa rencontre avec le diable, Liborio venait d'arriver à Albion. On pouvait respirer ici une odeur forte en testostérone, la capitale n'avait pas beaucoup changé depuis toutes ces années. Il y avait des commerces en tous genres et des bars, beaucoup de bars. Il était courant de voir des combats de rue entre alcooliques, elle était souvent déclenchée pour des bagatelles et elle se terminaient souvent avec de légères blessures, mais il arrivait qu'un mort soit déclaré.

Liborio s'arrêta à la première taverne et décida de vendre son gibier, ici pour survivre il lui fallait de l'argent. Il devait absolument se faire une réputation dans ses lieux, afin d'être craint et respecté, cela lui permettrait aussi de trouver de petits boulots plus facilement. Il commanda alors un whisky. Il regarda le tavernier droit dans les yeux, celui-ci déposa le verre devant le jeune homme.

"Dis-moi ? Je veux me faire de l'argent et une réputation rapidement, tu me conseilles quoi ?"

"Mmm. Tu me sembles bien bâtit et fiable, je peux peut-être te proposer un truc. Revient ce soir vers 00h00. Frappe quatre fois dans le volet. J'organise des combats clandestins à mains nues. Le gagnant empoche une coquette somme, pas de regle et la mise à mort est autorisé. Mais si j'étais toi, je passerais mon tour pour ce soir. Un champion d'élite de la capitale va combattre, il est sous les ordres d'Aslan."

Le Tavernier n'eut pas le temps de finir sa phrase que le verre que tenait Liborio en main se brisa, répandant ainsi un mélange d'alcool et de sang sur le bar qui venait d'être fraichement nettoyé. Sans un mot, il se leva, laissa de la monnaie sur la table et sortit. Il était clair qu'il devait participer à ce combat. S'il ne pouvait battre un simple champion, comment pourrait-il faire face à Aslan ? Ce soir le sang allait couler....
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mar 23 Déc - 16:14


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

▬ … Suis-je vraiment forcé ?

▬ Bien sûr Sir, c'est une mission sous couverture après tout.

▬ Je veux bien, mais porter CA ?...

▬ Allons, je pense que cela vous donne une image plus... Hmm... Marin ?

▬ …

*** Deux jours auparavant ***

Je patientais calmement dans la salle d'audience, installé sur l'un des grands fauteuils en cuir, attendant l'arrivé de mon nouveau client. Cela allait faire bien une dizaine de minutes que j'étais assis ici, ne faisant rien d'autre que de contempler ce siège vide face à moi, verre d'alcool à la main. Je soupirais en faisant tourner la liqueur dorée dans mon cristal de verre, prenant une légère gorgée toutes les deux minutes. Pour qui se prenait-il, ce client ? Faire patienter un membre des Dragons dans leur propre base, après l'avoir appelé il y a de cela quelques temps. En temps normal les personnes faisant appels à nos services préfèrent ne pas donner une mauvaise image d'eux, en se montrant amical, respectueux, souriant... Peut-être était-ce pour détendre l'atmosphère, afin de palier à la tension qu'occasionne une demande importante – comme un ordre d'assassinat par exemple – mais personnellement je m'en fichais. Je préféré aller droit au but, ne pas perdre de temps avec des marques de politesse ou autre. Le client me propose son travail, j'offre mes services au prix  le plus intéressant et j’exécute la tâche, c'est aussi simple que ça. Il n'y avait pas besoin de compliquer ce qui était facile.

C'est alors que je voyais une personne s'installer devant moi, assez bien habillé – du moins il ne ressemblait pas à un marchand de gamme inférieure. Je le dévisageais d'un regard neutre, portant une dernière fois mon verre à mes lèvres avant de le déposer sur le support à côté, rassemblant mes mains pour les coller l'une contre l'autre et sourire légèrement.

▬ Vous voilà enfin. Qu'est-ce que moi, un Dragon, puis-je faire pour vous ?

▬ Hmm... Euhm...

▬ Ne soyez pas gênez, tout ce que vous direz ici, restera ici. Vous êtes notre client après tout.

▬ Vous voyez, récemment je suis attiré par les combats clandestins, surtout ceux d'un certain bar dans le quartier marchand... J'aimerais parier sur un cheval sûr, si vous voyez ce que je veux dire.

▬ Qu'avez-vous à proposer en échange de nos services ?

▬ Hmm... 10% de la somme sortant des paris ?

▬ C'est un prix bien bas pour une telle demande. Je suis sûr que vous avez mieux à proposer.

▬ … Qu'est-ce que vous voulez ?

Un plus grand sourire se dessinait sur mes lèvres tandis que je remplissais ma coupe de cette boisson dorée, l'amenant jusqu'à mes lèvres pour boire quelques gorgées, fixant le marchand piégé dans cette négociation.

▬ Enfin nous pouvons débuter les négociations...

*** Aujourd'hui, à minuit ***

Je me présentais devant le volet de ce fameux bar, tapant 4 fois dessus comme il me l'était conseillé afin de pouvoir participer. Vêtis de ma tenue de mission, la porte s'ouvrait à moi avec un grand gaillard bien musclé, me fixant d'un œil bien sombre avant de se décaler et de me laisser passer. Léger sourire sur les lèvres, j'entrais naturellement, faisant une descente vers un lieu où la sang coulera et recouvrira mes poings.


Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mar 23 Déc - 17:38

Liborio avait passé le reste de la journée assis sur un banc fixant l'horizon, ce soir la mort l'attendrait peut-être aux tournants d'un carrefour enfin plutôt au centre d'une cage pour être exact. Il était clair que le jeune homme était un guerrier hors pair et sa maitrise de la boxe thaïe et de la capoeira l'aiderait surement. Mais ici on était à Dyonisis, la plupart des hommes étaient de vrai démon et des combattants puissant, entrainé depuis leur plus jeune âge. Il était clair que le plus redoutable allait être ce fameux champion, mais il devait aussi se méfier des autres. Il ne restait maintenant plus qu'à attendre l'heure de rendez-vous.

Les cloches de la capitale sonnèrent enfin minuit, Liborio était calme, il se rendit  sur son lieu de rendez-vous, tapa quatre fois dans le volet comme convenu avec le tavernier, la porte s'ouvrit lentement dans un grincement strident digne d'un film d'horreur, le vent se leva d'un coup, soufflant les mèches de Liborio et emportant la poussière. Un homme se tenait devant lui, il le toisa de la tête aux pieds avant de se décaler sur le côté. Le jeune combattant foula alors le sol, ou plutôt le plafond de l'arène, là où il allait faire ses preuves, là où il allait se faire une renommée d'homme sans pitié et sanglant, car oui il était bien décidé à infliger la peine de mort à tous ses ennemis. L'homme qui lui avait ouvert la porte, lui montra une autre porte, derrière celle-ci se cachait un escalier qui descendait en spiral, au bout de cet escalier, une cage avec une porte d'entrée et une de sortie, pret de la porte de sortie, il y avait une sorte de guichet, on réclama d'abord ses armes, ensuite on lui demanda s'il était ici pour des paries ou pour combattre. une fois les formalitées finis, la porte s'ouvrit donnant accès à une grande pièce avec pour centre une cage de combat. Des tables, des hôtesses, de l'alcool, du sang et des parieurs, beaucoup de parieurs surexcités étaient présents autour du Ring. Ça gueulait dans tous les sens, une des hôtesses prit Liborio en charge lui montrant sa "loge".

Liborio décida alors de faire un petit tour des lieux, les combats ne semblaient pas commencer avant une petite heure, et le programme n'avait pas encore été établi, en écoutant par-ci par-là, le jeune homme avait compris que c'était un tournoi composé de 8 participants. Que le fameux champion s'appelait Erus Torui et semblait être invaincu, il était une valeur sûr, coté à 2.15 gagnants du tournoi. Liborio ne put s'empêcher de rire, sa cote à lui était évalué à du 5000, une des valeurs les moins sûres, on le prênait vraiment pour un microbre. Une des hôtesses l'accosta alors, il était temps pour lui de venir tirer son numéro afin de créer le programme de la soirée, en suivant la jeune femme le jeune Dyonsien croisa le regard d'un homme habillé bien étrangement. Liborio ne put s'empêcher de laisser un leger gloussement sortir de sa bouche tout en passant devant lui. Malgré la tension du lieu notre protagoniste semblait plutôt décontracté et c'est sans hésitation qu'il piocha la boule numéro 3. Il restait maintenant à attendre l'affichage. Qui serait son adversaire ? Seul le destin le savait ! Le hasard allait-il être en sa faveur.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mar 23 Déc - 18:27


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

▬ Héhéhé tu es donc le premier arrivé ! Tires-donc un numéro, allez allez ! Et prends le temps de te détendre jusqu'à ce qu'on t'appelle..

Je baissais mon regard sur cette petite boule blanche que j'avais à la main, voyant mon chiffre inscrit dessus avec une couleur s'approchant plus du sang qu'autre chose. Je baissais encore plus mes yeux sur l'espèce de nabot qui venait de m'adresser la parole, ses oreilles pointues et son nez en pic lui donnant l'air d'un lutin sale et puant. Si c'était un gobelin j'aurais déjà utilisé sa face pour laver le sol, ou pire encore. Je ne répondais rien à ce qu'il me disait, me contentant de le fixer froidement, je ne devais pas oublier où j'étais ici : dans un territoire ennemi. Je n'ai aucun allié ici, pas même mon client qui n'est venu uniquement pour faire des paris sur moi. Je soupirais en tournant les talons, mains dans les poches, marchant lentement dans le couloir menant à la grande salle où se trouvait la cage de combat – et les tables rondes. Sur le passage mes yeux croisèrent ceux d'un homme un poil plus grand que moi, habillé de façon simple et sombre, ses pupilles d'un rouge sanglant restant gravé dans mon esprit. Je faisais quelques pas avant de me stopper, tournant légèrement la tête vers lui pour l'observer quelques secondes encore.

« Lui... Je me fais sûrement des idées. » pensais-je silencieusement, reprenant ma route.

Je ne faisais pas attention au léger rire qu'il pu avoir à mon égard, cela se rapporterait sûrement à mes habits dont je n'avais pas du tout l'habitude de porter. Il était clair que cela me changeait drastiquement des vêtements officiels de l'ordre que je portent en permanence dehors. J'ai plus l'impression d'être un pauvre vagabond qui n'a pas repris la mer depuis des lustres, pauvre de moi. Soupirant légèrement, je continuais de marcher afin d'entrer dans la salle principale, jetant un rapide coup d'oeil aux alentours. Il y avait beaucoup de monde, trop sûrement. Dans un tel endroit, impossible de s'installer tranquillement pour observer les matchs, surtout qu'avec l'excitation les spectateurs allaient sûrement s'animer de façon violente. Quel monde de barbare... Enfin bon, pour le coup j'étais bien content de me retrouver dans la cage, et non pas en dehors, ce qui semble être plutôt paradoxale quand j'y repense.

Du coup, pas une seule place pour s'installer et observer la salle où j'allais combattre. Je n'avais rien à faire ici pour le moment, je changeais de direction pour aller vers la loge qui m'avait été assignée plus tôt. Je baillais légèrement, l'ennui prenant petit à petit le pas jusqu'à ce que j'aperçoive mon fameux client le marchand, qui commençait déjà à se ronger les ongles. Je soupirais en me frottant les yeux, lui ouvrant la porte de ma loge avant d'entrer à l'intérieur avec lui, refermant derrière-lui. La gorge assoiffée, je me servais un verre d'une des bouteilles de vins rouges laissées à disposition, humant le doux arôme de la liqueur avant de boire une gorgée et de me tourner vers le bonhomme qui m'a engagé.

▬ Je pensais avoir été clair : pas de contact avant que je n'ai finis mes combats.

▬ Mais la situation a changée ! Je viens d'apprendre qu'un champion imbattable participera ce soir ! A ce qu'on dit ce serait un des hommes d'Aslan !

▬ Aslan ? … « Voilà qui complique la tâche. » Cela semble plus intéressant que je ne le pensais.

▬ Intéressant ?! Et si vous perdiez, notre plan tombera à l'eau !

Je m'avançais brusquement, plaçant mon visage face au sien en le regardant de façon à ce qu'il comprenne qu'un mot de plus et je lui couperai la langue. Je plaçais mon verre sur le sommet de sa tête, plongeant mon regard dans le sien, disant ces simples mots :

Si – Je – Perds ? Une fois qu'on signe avec les Dragons, il n'y a pas de marche arrière possible. Si je tombe – ce dont je doute sincèrement – vous tomberez avec moi. Suis-je clair ?

▬ Oui Sir...

Je me redressais en prenant de nouveau en main mon verre de vin, le finissant d'une seule traite avant de laisser le verre glisser sur la table, me posant sur le sofa doux et confortable, les pieds sur la table de chevet. Je reprenais un sourire amicale et sympathique.

▬ Bien, le problème est donc réglé. Et puis vous êtes celui qui gérez les paris donc je vous fais confiance de ce côté-là. Si vous doutez de moi, vous n'avez qu'à ne pas parier sur moi lorsque j'engagerais le combat contre ce champion. Toutefois, j'espère que vous savez que le prix à payer s'alourdira de façon … Drastique, n'est-ce pas ?

▬ Oui je comprends...

▬ Et n'hésitez pas à m'encourager pour mes combats à venir. Disposez.

Il ressortait de la pièce sans attendre quoique ce soit d'autre. Je pense qu'il avait bien compris le message. Un homme d'Aslan, ici ? C'est intéressant en effet, peut-être le premier opposant à qui je pourrais confronter ma toute nouvelle force... Il y avait également cet homme aux yeux de sang, lorsque je l'ai croisé, il ne m'avait pas l'air tout à fait clair... Je pense que cette soirée s'annonce longue, périlleuse et amusante.


Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mar 23 Déc - 21:17

"Oyé Oyé brave gens ! Ce soir des combats épiques auront lieu pour le plaisir de vos yeux. Ce soir! Oui je dis bien ce SOIR ! Le grand, L'unique, l’invincible champion de l'arène est parmi nous. J'aiiii nommééééééééé ERUS TOOOORUI."

Et dans un brouhaha ascendant toutes la salle se mis à scander son pseudonyme, frappant sur les tables, battant des pieds, les grilles de l'arène tremblaient, les hôtesses étaient bousculées renversant des verres sur le sol. Cet homme était considéré comme un dieu en ce lieu, le speaker demanda alors le silence dans la salle. Il allait maintenant annoncer le tirage, Liborio était appuyé sur un pilonne, il attendait non pas de savoir qui serait son adversaire, mais à quoi pouvait bien ressembler ce fameux Erus qui semblait imposer le respect à tous. Le jeune Dyosien jeta un rapide coup d'oeil dans la salle cherchant les possibles autres combattants et aussi l'homme à la tenue de marin qui l'avait fait rire. Il avait beau scruter la salle dans tous les sens, il n'arrivait pas à poser les yeux sur la personne. Était-il un combattant ? Liborio aurait sa réponse dans quelques instants. Sa recherche fut alors interrompue par l'annonce du programme.

"Hé oui, monsieur, pour votre plus grand plaisir et pour ne plus faire durer votre attente, le premier combat opposera ERUS contre TIRYO, j'invite les deux combattants à se montrer, il ne reste plus qu'une minute avant la clôture des paris faîtes vos jeux !"



   
   

Le speaker alla enfin ouvrir la cage et s'installa au milieu, son micro en main, il jetta un coup d'oeil vers le bookmaker afin de s'assurer qu'il pouvait lancer le combat. Erus fît alors son apparition dans la salle, les gens qui la composaient étaient tous levés, Liborio se redressa alors, il allait enfin le voir, lui, le fameux champion. La première chose qu'il remarqua était sa taille impressionnante, sa masse musculaire était elle aussi imposante, son corps montrait quant à lui des marques et des cicatrices affolantes, témoignant de ses combats passés, ensuite il posa ses yeux sur son visage, il lui manquait un oeil, un bandeau de pirate était là pour le prouver, il avait une coupe de cheveux complètement ridicule, son visage était froid et impassible la foule l'acclamait, pourtant il ne détourna pas une seule fois la tête pour les regarder. Liborio comptait regarder le combat jusqu’à la fin, il devait en profiter pour trouver ses points faibles. Il monta enfin sur le ring pour se placer côté gauche. Tiryo arriva à son tour les gens ne lui prêtèrent même pas attention. Il monta rapidement sur le ring et se plaça côté droit. Le speaker allait maintenant faire les présentations.

"Dans le coin à ma gauche, 114 kilos de purs muscles pour 1 mètre95, la simple évocation de son prénom ferait mouiller le tissu des plus trouillards, mais je vais le dire quand même! ERUSSSSSS." Le speaker marqua un temps d'arrêt regarda à sa droite, puis sourit "A ma droite, Tiryo"

Spoiler:
 

Et il conclut comme ça, n'annonçant rien sur le combattant en question, mais il était vrai que cela n'avait pas beaucoup d'importance, ce Tiryon devait mesurer 1m65 et peser 70 kilos à tous casser, il semblait en plus être apeuré. Le son de la cloche retenti enfin annonçant le début du combat. Erus fixait son adverse, mais ne bougeait pas d'un millimètre, Tiryon se jeta alors sur lui, il avait dû en conclure que foutu pour foutu autant tenter un assaut de front et suicidaire. Effectivement comme prévu avec ce genre de stratégie le combat ne dura pas plus de 10 secondes, Erus tendis son bras et attrapa l'homme par ses cheveux, il le lança dans les grilles l'étourdissant un peu en même temps, avant de l'attraper par la nuque et lui croquer. Tiryon tomba, son corps gisait là sur le sol sans vie devant tout le public qui ne faisait plus un bruit choqué, mais il ne fallut que quelques secondes avant que celui-ci se remette à gueulé d'excitations. Liborio cracha sur le sol maudissant ce combattant trop faible, les seules informations qu'il avait pu tirer de se combat était qu'il ne fallait pas attaquer Erus de front, chose que tout homme censé aurait compris même sans le voir combattre.

Le jeune dyonisien décida donc de rejoindre sa loge les prochains combats n'avait aucun n'intérêt pour lui, mais au moment où il allait quitter la grande salle, le speaker l'appela au micro. Il était donc le prochain combattant, dans un sens cela l'arrangeait, il en avait marre d'attendre. Il comptait en finir rapidement, il se dirigea donc vers le ring, le public était beaucoup moins chaud que pour le premier combat mais quelques personnes crièrent quand même son prénom, surement des parieurs fous qui avaient misé une pièce sur lui, à la vue de sa côte alléchante. Liborio n'y prêta pas plus attention, il monta sur le ring et laissa le speaker faire son spitch présentant les deux hommes comme des futurs cadavres, il en revenait encore une fois sur Erus. Il n'y en avait que pour cet homme. Le combat débuta enfin au son de la clochette. Les gens voulaient du spectacle, il allait leur en donner. Son adversaire était de la même taille que lui et de même poids, le combat semblait plutôt équilibré. Il se nommait Stein.

Liborio commença alors avec les pas de base de capoeira, ceux-ci donnaient l'impression qu'il dansait, ce qui avait apparemment énervé son adversaire qui avait l'impression que le jeune homme se moquait de lui. Stein se lança alors à l'assaut en criant, Liborio arma alors un middlekick, frappant légèrement le foie de son adversaire qui perdit son équilibre pour tomber sur son dos, ne voulant pas laisser le temps à son adversaire de respirer, Libo se jeta directement sur lui, il était maintenant au-dessus de lui, il attrapa ses cheveux et commençant à fracasser son crâne sur le sol, chaque coup faisait cracher du sang à Stein, la victoire était acquise pour Liborio, mais il ne voulait pas en rester là, il voulait instaurer la crainte dans le regard de ses gens. Il passa alors ses jambes autour du cou de son adversaire, ses genoux posé sur ses épaules, il glissa ses mains sous son menton, et commença à tirer vers lui, des craquements commencèrent à se faire entendre dans la salle qui était devenue silencieuse, ceux qui étaient aux premier rang pouvaient voir la peau du cou commencer à se déchirer. On entendait maintenant en plus des craquements de la colonne vertébrale, des bruits de vomissement, il semblait que la scène avait mis à mal quelques estomacs. D'un coup Liborio partie en arrière, la tête de stein en main avec la colonne vertébral pendante, du sang s'écoulait partout sur la scène. Dans un rire démoniaque, Liborio prit la parole, on n'entendait plus que le bruit des vomissements et des pleurent des femmes. Même le speaker n'arrivait pas à parler.


"Hahahaha. Alors le spectacle est à votre goût . Retenez bien mon nom car ce soir je tuerais votre Dieu de l'arène Erus ! Je me nomme LIBORIO !"

Il fixa alors toutes la salle de ses yeux rouges sangs, son visage était couvert du sang de stein, la cage s'ouvrit alors pour le laisser sortir. Il lança la tête sur le sol, la laissant rouler plus loin. Il avait réussi son coup. Il avait installé la peur en eux, il venait assurément de se faire une réputation, il ne restait maintenant plus cas l'entretenir en ne mourant pas au prochain combat. Il se dirigea alors vers sa loge. Il croiserais peut-être les autres combattants en chemin ?
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mar 23 Déc - 22:46


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

J'arrivais à entendre le brouhaha depuis ma loge, m'empêchant de me relaxer comme il se faut. Je soupirais en remontant le bout de mon bandana me couvrant les yeux, me relevant avant de m'étirer complètement les membres, plusieurs craquements se faisant entendre au niveau de mes épaules, bras et doigts. Je ne sais pas combien de combats se sont déroulés durant ces quelques minutes, c'est pour cela que je commençais à sortir de ma loge, la bouteille de vin à la main. Alors que je marchais le long du couloir, je buvais plusieurs gorgées à la bouteille avant de remarquer le fameux bonhomme aux pupilles étranges. Il était recouvert de sang, il devait avoir finit son combat de manière bien brutale pour avoir les mains avec autant de sauce dessus. J'haussais légèrement les épaules, mon bras effleurant légèrement le sien. Je m'arrêtais un instant, disant ces simples mots :

▬ Dis moi, t'es vraiment venu pour l'argent ?

C'était une question purement rhétorique vu que je continuais mon chemin, n'attendant même pas sa réponse. Alors que j'entrais dans la salle en exaltation, je sentais mon pied se bloquer contre quelque chose de dur, une tête roulant à mes pieds. Non, décidément cet homme n'était pas là uniquement pour l'argent... Ce qui était un problème. Les personnes animées par la monnaies sont prévisibles et, pour la plupart, peuvent plus facilement se contrôler et donc fuir si c'est impossible pour eux. Mais dans ce cas-là... Vu ce que j'observais, je me disais simplement ça : il n'a aucun self-control. On dirait qu'il était venu uniquement pour tuer, ce qui ne me surprenait pas vu le monde dans lequel je me trouvais ce soir. J'entendais les cris des spectateurs face à la défaite d'un combattant, le troisième combat s'achevant par la victoire d'un homme masqué. Quelqu'un qui voulait se la jouer mystérieux, hein ? Amusant.  Je reprenais une gorgée d'alcool jusqu'à ce que ce soit mon chiffre qui soit tiré. Enfin, c'était l'heure de travailler. J'avais du pain sur la planche.

Je montais les quelques marches me séparant de la cage, jetant plus loin ma bouteille de vin à moitié vide, entrant dans la zone de combat en faisant quelques moulinets avec mon bras droit. Mon adversaire était de l'autre côté, assez grand avec de longs cheveux verts. Il était plutôt bien habillé, pour le combat en tout cas, rien pour entraver ses mouvements. Il semblait avoir un peu d'expérience vu le regard qu'il me jetait, mais je ne bronchais pas, gardant un léger sourire sur mes lèvres. Le commentateur demande à ce qu'on s'approche, commençant son discours habituel du fait qu'il n'y avait aucune règle, que tous les coups étaient permis etc...

▬ Dans le coin droit : Veeeeeeegaaaaaaass ! Et dans le coin gauche... Gamin, c'est quoi ton nom ? , me demandait-il en écartant sa bouche du micro.

▬ Celui qui va humilier Vegas.

Les spectateurs s'agitèrent bien vite face à cette provocation directe et ouverte, laissant à penser que le combat commença bel et bien. Mon adversaire se mit en position avant de s'avancer rapidement pour me frapper le visage, assaut frontal ? Pourquoi pas, je faisais un pas de côté pour éviter le coup, bien qu'il répliqua de manière impulsive et brutale, levant sa jambe pour l'envoyer directement. Je plaçais mes bras devant pour bloquer la majeure partie des dégâts bien que la force du coup me plaquer contre le grillage de la cage. Il en avait dans le ventre.

▬ On dirait que notre petit humoriste à des soucis !

Imbécile va, vous êtes tous des imbéciles. Dans le lot il doit bien n'y avoir que mon client qui devait parier pour moi et qui comprenait la situation – et encore, s'il le fait c'est parce que je lui ai interdis de parier sur quelqu'un d'autre. Vegas continuait son assaut en donnant un coup de pied, visant mon estomac. J'évitais en m'avançant, passant sur le côté et en donnant un léger coup dans ses côtes, passant quelques mètres derrière-lui, le provoquant. Il semblait avoir compris : depuis le début je me moquais de lui. Je faisais semblant d'être en position de faiblesse pour que les paris soient contre moi, et plus il y a d'argent contre moi, plus mon client en gagnera lorsque je donnerais le coup de grâce. Dans un élan de colère Vegas se ruait sur moi, envoyant plusieurs coups de poings dans ma direction, tous d'origines différentes : des directs, des crochets etc... J'évitais quelques uns tout en me protégeant des autres avant de pénétrer dans sa garde et donner un large coup de pied dans sa cheville : un low-kick dont lui seul pourra déterminer les dommages occasionnés.

Vegas reculait, transpirant à grosses gouttes. Je gardais ce léger sourire que j'avais depuis le combat, continuant de jouer avec lui comme si j'étais avec une petite sourire. Puis je faisais quelques pas en avant, m'approchant rapidement de mon adversaire. Il réagit instantanément, lançant un grand coup de poing contre mon visage. Je n'esquivais pas, prenant volontairement le coup de face. Je souriais davantage alors que je lui saisissais le bras par lequel il m'avait frappé, le tirant avant de donner un coup de coude ascendant sur la partie molle de son bras afin de le briser en deux. Il hurlait de douleur alors que je faisais un pas en arrière avant de me mettre en garde, et de m'avancer en donner un direct dans sa mâchoire inférieure, sentant ses os craquer sous l'impact. Puis je le laissais chuter avec un coup de pied dans son talon, le voyant tomber sans aucune difficulté. Au début le public se tût pendant de longues secondes, essayant de comprendre l'enchaînement de coups qui, au final, ne dura que 5 secondes tout au plus. Puis ils s'exaltèrent comme ils savaient très bien le faire, crachant leurs poumons pour montrer qu'ils avaient apprécier.

▬ Avec ça, ça va faire un sacré pactole pour le premier combat.

Massant ma main droite, je descendais de la cage afin de me poser sur un sofa, attendant de voir les prochains combats avec impatience.


Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mer 24 Déc - 2:07

Sur le chemin de sa loge effectivement il croisa quelqu'un, c'était le fameux marin, un léger sourire se dessina sur son visage, il ne savait pourquoi mais il éprouvait de la sympathie pour cet homme, chose qui était plutôt rare. Était-ce sa tenue ridicule ? Ou simplement sa tête qui lui revenait bien ? Il était vrai qu'il se démarquait de cette foule de barbare. Les doutes de Liborio sur sa présence ici furent enfin confirmés, il était là pour se battre.

Alors qu'ils allaient passer l'un à coté de l'autre, le marin frôla le bras de Liborio, celui-lui-ci posa une question mais repartit directement sans demander son reste. Ce garçon, était vraiment un cas à part des autres, il avait vite compris le manège du jeune homme. L'argent ? Liborio n'en avait que faire, il avait feinté se prétexte devant le tavernier afin de pouvoir trouver quelques choses d'intéressant . Mais au même instant, où le jeune Dynosien allait se retourner pour lui répondre, une sorte de flash lui apparut, il passa rapidement sa main sur sa poitrine en serrant ses vêtements. Durant quelques secondes, il eut l'impression que son coeur allait exploser sous une pression impressionnante, mais la sensation disparut rapidement. Il n'y avait pas de doute, cela avait eu un rapport avec le moment où les deux combattants s'étaient touchés. Le temps que Liborio reprenne ses esprits, le marin n'était déjà plus dans le couloir. Il n'était maintenant plus question de retourner à la loge mais d'observer ce mystérieux inconnu se battre. Il espérait entendre en même temps son pseudonyme.

Retournant vers la salle, il ouvrit la porte et tomba nez à nez avec un homme masqué, les deux hommes se dévisagèrent durant quelques instants. Puis l'homme au masque prit la parole.


"C'est donc toi le fou qui a décapité Stein à mains nues ? tu n'as pas envie d'aller te laver ?"

Liborio sentait un peu de nervosité dans la voie de son interlocuteur, il jeta un coup d'oeil rapide vers la salle, le combat venait de commencer et il n'avait pu entendre le nom de l'homme. Le jeune Dyonsien pesta un peu, puis il décida de répondre à l'inconnu.

"En quoi cela te regarde ? Et si j'étais toi, ce n'est pas de moi dont j'aurais peur. Ton prochain adverse est ce jeune marin. Il va gagner ce combat. Et facilement, un bon cheval. "

"Tu rigoles ou quoi ? Regarde sa tenue ridicule et en plus il semble déjà en difficulté. Allez bouge toi maintenant. Je ne parle pas au futur cadavre ambulant. "

Sur ses mots l'homme masqué bouscula Liborio et passa. La première pensée qui traversa l'esprit du jeune combattant était que cet homme était un quadruple imbécile. Premièrement, Liborio avait confiance sur la victoire du marin, justement à cause de cette tenue, seul un homme en totale confiance en ses capacités oserait se ramener dans un endroit pareil vêtu comme ça. Comme disait son père, il faut toujours se méfier de l'eau qui dort. Deuxièmement, il semblait évidant et maintenant encore plus depuis que le combat avançait qu'il s'amusait avec Vega. Troisièmement et quatrièmement, il venait de faire la double erreur de provoquer Liborio de cadavre et de l'avoir bousculé. Les jeux étaient donc faits le marin iraient en finale sans devoir se battre durant les demis.

Le jeune Dynosien tourna les talons et se dirigea vers la loge de l'homme masqué, il ouvrit la porte, celui-ci était en train de retirer son masque troublant sa vision. Dans un mouvement éclair Liborio saisit une bouteille en verre qui était sur la table, agrippa le masque de l'homme, tira sa tête vers l'arrière, celui-ci était maintenant cabré bouche ouverte vers le plafond.


"Hé ben non. Finalement c'était bien de moi qu'il fallait te méfier."

Il enfonça ensuite la bouteille dans la bouche de l'homme commence par la partie la plus fine pour termine par le cul, celui-ci mourra dans d'atroce souffrance étouffé. Le dynosien cracha sur le sol et sortit de la pièce comme si de rien n'était. Il rejoignit la salle, comme il l'avait calculé le jeune marin venait de gagner son combat. Il se dirigeait maintenant vers un sofa deux place. Liborio décida d'aller à sa rencontre, le speaker venait d'annoncer une pause de trente minutes cela tombait plutôt bien.

Liborio toujours couvert de sang se présenta donc devant le jeune homme, il demanda s'il pouvait s’asseoir mais cela était par pure politesse car il n'attendit même pas la réponse pour s'affaler. Il regarda deux trois secondes devant lui avant de prendre la parole.


"Non, effectivement je ne suis pas là pour l'agent." Liborio gratta légèrement sa joue , les endroits ou le sang étaient le moins répandus commençait déjà à coaguler, resserrant sa peau et l'irritant. " Mais... Si toi tu es venu pour ça, je te conseille de mise la moitié de ce que tu as sur moi et l'autre sur ta victoire finale. Et en bonus tu peux déjà mettre victoire par forfait pour ton prochain combat, j'ai entendu dire que ton adversaire avait des problèmes de bouteilles, haha pas bon pour la santé l'alcool, si tu vois ce que je veux dire. Je vais être honnête avec toi, je t'aime bien. Et seulement la tête de ce stupide champion m’intéresse, le premier c'était pour le spectacle. Je ne vois pas l'intérêt de nous battre pour ces gueux. Et en plus tu sembles vraiment bon, ça serait stupide que je perde peut-être ma vie face à toi. Surtout depuis la promesse de se maudit Diable, ça serait dommage que je rate ma vengeance, n'est-ce pas ? Je m'appelle Liborio enchanté. Et un petit conseil, n'épargne jamais personne, surtout quelqu'un que tu as ridiculisé."

Inconsciemment Liborio venait de mentionner le nom du diable, mais cela était surement sans importance. Il attendit quelques instants histoire de voir si l'homme avait quelques choses à lui dire, S'il n'avait rien à lui répondre il irait se placer à une table attendant le début de son prochain combat.
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Mer 24 Déc - 19:48


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

Les vigiles du coin tiraient ce qui restait de mon adversaire, Vegas, en le prenant par les pieds et en l'emmenant en arrière salle. Probablement pour le balancer dans la rue plus tard, que sais-je. En attendant j'avais une bonne marque rouge sur ma joue, là où je l'avais laissé me frapper. Je passais soigneusement ma main dessus avant de soupirer, prenant un glaçon dans le bac à glaces pour les bouteilles et de le mettre dans ma bouche. Le froid rafraîchissant directement la douleur, bien que je sentais le piquant des quelques coupures que j'avais dans la bouche – probablement causées par mes propres dents lorsque j'ai reçus le coup. M'enfin, c'était là un bien maigre prix à payer comparer à l'argent que j'avais pu récolter sur cette simple action. Jouer la comédie n'était pas difficile, mais maîtriser le public c'était une toute autre pair de manches. Je laissais le glaçon se balader dans ma bouche, le suçant légèrement en aimant bien ce petit élément glacé, remarquant alors l'arrivée de « yeux sanglants ». Je le dévisageais un instant lorsqu'il me demandait, par politesse, s'il pouvait s'installer. Je faisais un unique mouvement de main, ouvrant la paume en signe qu'il en avait le droit, ce qu'il n'hésita pas à faire.

Gardant le glaçon sur le bout de la langue, je faisais plus attention à ce que me racontait le brun recouvert de sang, désormais noir. Il confirmait bien mes doutes : il n'était pas du tout là pour l'argent, pour autre chose. Bien qu'il commençait à me donner des conseils sur que je devais parier, je faisais bien plus attention à ce qu'il ajoutait comme le fait qu'il souhaitait la tête du champion dans le coin. Il avouait même que son premier combat était uniquement pour le spectacle. Je laissais un léger rire m'échapper bien que je ne le coupais pas dans ses explications, me contentant de le regarder, sans émotion apparente. Je ne le prenais pas de haut, je ne me moquais pas non plus. En faite, pour être franc je n'attachais pas d'importance à ce qu'il me racontait. Il était comme ces fameuses personnes qui, dans une conversation, en ne partant de rien continuer de plonger petit à petit sur le propre personne, comme s'ils essayaient de se vendre. Il se présenta sous le nom de Liborio, ce serait bien l'une des choses que je retiendrais vraiment.

Je remettais en place mon bandana sur la tête afin qu'il ne quitte pas trop mon front, hochant légèrement la tête afin qu'il comprenne que s'il avait finit de parler, il pouvait y aller. Ainsi, mon prochain combat allait être annulé ? Il devait sûrement y être pour quelque chose, ce Liborio. Je soupirais en me disant que le prochain combat sera le sien contre ce fameux champion qu'il souhaite tant tuer. Il souhaite tuer mais pas pour l'argent, pourquoi vouloir le tuer alors ? Qui était ce champion ? Un tueur sûrement, et un homme d'Aslan. Oh en voilà un détail intéressant, c'est vrai que le champion était serviteur d'Aslan. Est-ce que « yeux sanglants » aurait une dent contre ce dernier ? Ce n'était vraiment pas impossible. Réfléchissant pendant quelques instants, j'en arrivais à une conclusion si amusante que je brisais le glaçon dans ma bouche d'une simple bouchée, me levant de mon siège. Je marchais en direction de la cage, poussant sans difficulté le commentateur en prenant en main le micro, pointant du doigt une direction bien précise.

▬ Viens que je t'arrache ton dernier œil, sale tête de clown !

Et oui, je pointais directement le fameux champion qui était borgne, ce dernier étant installé sur un fauteuil avec deux femmes s'occupant de le masser et de le servir en alcool. Au début il me dévisageait en haussant bien haut un de ses sourcils... Oups je venais tout juste de remarquer qu'il n'a pas de sourcils justement ! J'évitais de bouffer de rire sur le coup mais je continuais de le dévisager à mon tour, souriant tel un renard fourbe et sournois. Les secondes passaient, le public faisant silence en attendant une éventuelle réponse de la part d'Erus.

▬ Me dis pas que t'as trop peur de te frotter à moi, Eeeeeeeeeeeeruuuuuusss ?

Ajoutais-je sans aucun acquis de conscience, élargissant mon sourire alors que l'index que j'utilisais pour le pointer changer subitement en doigt d'honneur que je lui adressais, et tous les compliments avec. Le champion se leva soudainement de son siège, laissant tomber son long manteau sombre avant de bondir en face de l'entrée de la cage, baissant légèrement la tête pour pouvoir entraîner se cogner et enfin me faire face. Effectivement il était plutôt grand, me faisant bien deux têtes de plus. Mais je n'avais pas peur, je gardais cette expression insolente que j'avais sur le visage, le fixant avec amusement.

▬ Tu as des couilles pour me provoquer ainsi, gamin.

▬ T'en as autant pour avoir une telle coupe de cheveux. Sérieusement, qui peut bien mettre des petites clochettes sur des pics ?

J'entendais quelques rires dans le public, se mélangeant à tout ce brouhaha tandis qu'Erus me toisé avec un sourire triomphant. Il craquait ses poings tout en bougeant sa tête de droite à gauche, décidément prêt à en découdre. Je jetais le micro plus loin en retirant ma petite veste noire, la laissant tomber à côté tandis que je me mettais en position de combat.  Ma jambe et mon poing droit en avant tandis que je gardais ma jambe gauche et mon second poing en arrière, caressant presque ma joue avec ce dernier.

▬ Je vais t'apprendre où es ta place petit.

▬ C'est toi qui ne sait pas en face de qui tu vas t’agenouiller.

Dans un rire bien fort il balança sa main droite dans ma direction, ouvrant bien la paume comme s'il souhaitait me saisir. Pour le coup je n'avais pas besoin de jouer avec les paris, j'étais contre le champion, si je souhaitais gagner je devais mettre tout ce que j'avais du début à la fin. Je reculais d'un pas en utilisant ma main pour frapper son poignet d'une claque et dévier sa saisie avant d'enchaîner par un large coup de pied dans sa jambe, dessinant un arc-de-cercle. Cette fois-ci ce n'était pas comme avec Vegas, tout le public furent témoin du son produit par l'impact sur la jambe d'Erus, ce dernier grognant avant de se remettre en position et de me frapper d'un crochet. Je refaisais le même schéma que précédemment, mettant une claque sur son poignet pour dévier son coup. Sauf qu'il enchaîna directement par un coup de pied frontal, touchant mon estomac et me forçant à reculer jusqu'au grillage. Je toussais légèrement en me disant que celui-ci je ne l'avais pas vu venir, puis le champion poursuivait son assaut en armant son bras droit, préparant un grand coup que j'évitais de peu en décalant ma tête.

J'aurais pu perdre plusieurs temps si j'avais pris un tel coup. Mais je restais concentré et plaquais mon torse contre le sien, agrippant ses épaules avant d'envoyer un coup de genou dans ses côtes, deux fois ! Erus passa ses bras autour de ma ceinture afin de me saisir et de me soulever, contractant tous ses muscles supérieurs pour tenter de me briser. Je sentais la puissante pression qui me tordait de douleur, serrant les dents. Je fixais mon adversaire dont les veines ressortaient tellement il essayait de me compresser, mais je ne le laissa pas faire si facilement. Ouvrant bien les paumes, je mis une puissante claque dans chacune de ses oreilles, en même temps, frappant ses tympans avec la base de mes paumes afin de le déstabiliser. Lorsque je sentis qu'il relâchait un peu, je posais ma main gauche sur son épaule pour m'appuyer dessus et bondir légèrement plus haut que lui, armant mon coude que je finis par abattre avec violence sur son nez. Il me relâcha instantanément, du sang coulant sur le sol alors qu'il essayait de reprendre ses esprits.

« Maintenant ! » criais-je dans ma tête, armant mes poings.

Je m'avançais en donnant un coup dans son foie, le forçant à contre-attaquer avec un coup de poing que j'esquivais tout en faisant un direct dans son visage. J'enchaînais pas un coup de pied dans sa jambe puis m'avançait une nouvelle fois pour frapper son foie, encore. Erus dans un élan de rage fit un crochet du droit qui me toucha en plein fouet sur la joue, me faisant tituber quelques instants, mais je ne m'arrêtais. Reprenant vite mes moyens, je renfonçais au cœur du contact en frappant dans son foie, esquivant un second crochet pour frapper encore et encore. Lorsqu'il cracha du sang je refrappais une dernière fois avec beaucoup plus de force,  puis j'enchaînais par un coup de poing le touchant directement au visage. Je respirais très fort alors que je me préparais à continuer de le frapper afin de l'achever, mais Erus s'avança pour me plaquer en se baissant très bas, mon dos cognant avec force le grillage. Je serrais les dents en levant haut ma main droite, connaissant le parfait poing faible de cette masse musculaire qui lui servait d'armure. Il n'y avait qu'un seul coup dont la force passait outre la musculature...

▬ Et c'est celui-là !!

Je mis une puissante et brutale claque dans le dos d'Erus qui hurla de douleur, la marque de ma main restant gravée dans son dos. Dès qu'il relâcha sa prise je posais mes mains mes mains sur sa tête pour donner de puissants coups de genoux dans son visage, plusieurs fois, sans m'arrêter, avant de le relâcher en faisant en sorte qu'il soit à moitié droit, armant mon poing droit pour lancer un tout dernier coup. Un uppercut qui l'envoya voler à l'autre bout de la cage. Essoufflé, je respirais à grandes intervalles, posant ma main contre le grillage en crachant des restes de sang dans ma bouche. Je remarquais dans lequel état je me trouvais à présent : le visage couvert de bleus, mes poings entaillés à force de frapper la masse musculaire de ce type et je crois qu'il avait réussis à me déplacer une cotte avec ce tout dernier plaquage. Le commentateur observait l'état d'Erus, levant les mains en signe qu'il était complètement K.O. Je riais en m'approchant du champion déchu, dégageant le commentateur tout en cherchant « yeux sanglants » du regard. Une fois que je l'avais trouvé je saisissais Erus par les cheveux, le traînant jusqu'au bord de la cage et en plaquant son visage à moitié mort contre le grillage, fixant Liborio.

▬ Désolé de t'avoir piqué ton jouet mais j'ai un job à remplir. Si t'as envie de reprendre ce qui t'es dû, libre à toi d'entrer dans la cage. Mais tu es tout aussi libre de partir, je ne te jugerais pas.

Je relâchais la tête d'Erus alors que je me dirigeais vers le centre de la cage, le public en plein extase.

▬ Je m'appelle Leon bandes de minables, votre nouveau champion pour ce soir hahaha !


Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Ven 26 Déc - 17:42

L'homme en tenue de marin avait écouté sans rien dire, il fît signe à Liborio lui disant qu'il pouvait y aller, le jeune dynosien soupira quelque peu avant de partir. Il s'assit tranquillement à une table et commanda un verre de whisky sans glace. Le temps allait à partir de maintenant passer lentement, c'était toujours comme cela lorsqu'on attendait quelque chose avec impatient, il n'y avait rien de pire que cette sensation du temps qui n'avance pas. Alors que Liborio cherchait à tuer le temps, il posa ses yeux sur un gros matou noir, un mauvais présage était-il à craindre ? Le jeune combattant n'en savait rien et ne croyais en rien à ses superstitions, il eut même un léger sourire quant'il vu le chat se lecher les parties génitales, la première pensée qu'il lui traversa l'esprit était que les animaux avaient vraiment une vie sans soucis.

Soudainement un bruit aigu se fît entendre, quelqu'un venait de prendre le micro, les trente minutes était-elle déjà passé ? Liborio tourna sa tête vers le ring pour voir ce qui s'y passait. Le jeune marin était là, micro en main, il ne trouva pas mieux à faire que de provoquer le champion, le verre de whisky que notre protagoniste avait commandé venait d'arriver, Liborio ne put s'empêcher de rire suite à leur joute verbale, il fallait avouer que se sombre idiot qui cherchait apparemment la mort ou à épater la galerie avait du répondant, Il avait les couilles bien carrées. Liborio s'adossa alors confortablement sur sa chaise, verre à la main, tandis que son autre main était posée sur la table, martelant le bois avec ses doigts un par un, comme s'il jouait du piano. Le combat venait de débuter, Libo verre à la main ne pu s'empecher de lacher un petit baillement, la foule était surexité.

Après un combat rude et intense, le vaiqueur était enfin désigné, à la grande surprise générale c'était le jeune marin, celui-ci commença à chercher quelque chose ou plutôt quelqu'un dans la salle, il posa enfin son regard et il le posa sur Liborio, il saisit Erus par les cheveux, tout en fixant Libo, et colla son visage contre la grille. Un défi ? Se fou venait de lancer un défi à Liborio, la salle était tellement silencieuse à ce moment que tout le monde avait pu entendre ses propos et maintenant tout le monde était retourné vers notre Dynosien. Libo ne put s'empêcher de rigoler à plein poumon, cette soirée était riche en rebondissements et le nouveau champion était d'autant plus bien décidé à finir son show et se présenta sous le nom de Léon. Liborio se leva ensuite s'étira un peu, il vida son verre d'une traite, s'essuya la bouche et dans le même mouvement lança le verre contre un mur. Il craqua toutes ses phalanges, et tourna les talons au ring, il se dirigea vers le bar réclamant deux bouteilles de 50° minimums, il demanda une cigarette et des allumettes, il posa sa cigarette sur son oreille, placa les allumettes dans sa poche, saisit les deux bouteilles sur le comptoir et retourna enfin vers le ring. Il ouvrit la cage et s'engouffra dedans.

Il s'approcha enfin de Léon, il le regarda fixement dans les yeux durant quelques secondes en hochant légèrement la tête de haut en bas, puis un sourire se dessina sur son visage, suivi d'un petit rire étouffé. "T'as les couilles carrées toi, hein ? Je relève toujours les défis" Il dé-bouchonna la première bouteille, bu une petite gorgée sans grimacer, malgré les faites que sa gorge était en feu, il avança vers Erus et commença à vider la bouteille sur la tête de l'ancien champion, tout en fixant Léon, une fois celle-ci finie, il dé-bouchonna la deuxième et versa sur le reste du corps avant de retourner vers le marin, laissant une trainé d'alcool.


   
   
"J'ai cru entendre que tu n'aimais pas sa coupe de cheveux ? Je vais reglé ça alors!"

Liborio avait laissé un fond dans la bouteille, il prit la cigarette qui était sur son oreille, et la plaça dans la bouche de Léon, il gratta une allumette, alluma la fameuse cigarette et laissa tomber l'allumette, tous en lâchant un petit oups, puis il tendit la bouteille. L'alcool prit feu en un rien de temps et les flammes commencèrent à dévorer le précieux liquide en se dirigeant vers le corps. Le public qui avait jusque-là admiré la scène, commença à paniquer, criant de tous coté qu'il fallait des seaux, que tous allaient brûler. Liborio expliqua-t-alors à Léon qu'il lui en devait une et qu'il payait toujours ses dettes rapidement, et qu'il ne devait pas s'inquiéter, il allait l'aider à sortir d'ici vivant. Il était clair que la situation devait être incompréhensible, mais de quoi Liborio parlait-il ? Pour le public, il était clair que ses deux personnes donnaient l'impression de comploter. Il saisit ensuite le micro et parla d'une voix claire et net.

" Poser vos seaux, bande de larve ! Mon ami Léon que je considère comme un véritable frère ! M'a aidé aujourd'hui à tuer, ce bon Erus, ce rendant malheureusement complice de mon crime. C'est beau l'amitié n'est ce pas ? Malheureusement, après notre petit entretien, nous avons décidé de vous tuer tous. Pourquoi ? La raison est simple... Pas de témoin"

Il lança ensuite le micro sur le sol, créant un bruit sourd et aigu. Le feu gagnait de plus en plus le ring et le plafond, ils devaient absolument sortir de la maintenant avant d'être intoxiqué. Liborio jeta un dernier regard à Léon.

"Tu as deux solutions, sois-tu me suis et je te sors d'ici. Il est vrai que tu es bon, mais tu sors d'une bataille difficile. Ou-tu resté là et tu leur expliques. Fais comme tu veux, mais moi je fonce récupérer mes armes et je me tire."

Liborio sauta hors du ring, il fallait maintenant se frayer un chemin dans la foule en furie. Il n'était pas question d'attendre Léon, s'il voulait le suivre libre à lui de faire. Le jeune Dynosien allait lui ouvrir le passage. Deux hommes se jetèrent directement sur Liborio, celui-ci évita le premier en faisant un pas sûr le côté, il para le coup de poing de l'autre, avec une claque venant de sa main gauche à l'intérieur du bras, ouvrant sa garde, il le saisit-à la gorger avec sa main droite, et s'aidant ensuite de sa deuxième main, il lui croqua le cou. Il placa ensuite un coup de pied retourné dans la mâchoire de son adversaire qui était dans son dos. Deux de moins sur quarante, c'était déjà pas mal, mais à mains nues et sans ses armes, il était impossible d'affronter autant de personnes. Il fallait passer en force et récupérer Incursio. Liborio foncat-alors dans le tas, frappant par ici, par là, placant des coup de coude, des coup de genoux, se prenant au passage plusieurs coups au visage. Après dix minutes de lutte acharné. Il avait enfin réussi à passer, il ne c'était pas retourner une seule fois en arrière pour voir si Léon le suivait, il n'avait pas le temps de s'occuper de ça, sa respiration était devenue lourde et il commençait déjà à essoufflé.

Il fonça alors vers l'entrée là où ses armes se situaient, il défonça la porte et repris ce qu'il lui appartenait. La fête pouvait alors commencer, Incusio bascula en mode Gun, sans hésitation, Liborio tira quatre balles en pleine tête de quatre personnes faisant exploser leur tête comme de vulgaires pastèques. Le dernier, il la tira dans une bouteille située dans le bar. Il était maintenant impossible pour quiconque de sortir de ce lieu, Liborio se tenait devant l'unique sortie. Il gratta rapidement une allumette et la balança dans le bar, bouttant ainsi le feu. Il fallait maintenant trouver Léon et le sortir de là, une promesse était une promesse, surtout que c'était lui qu'il l'avait mit dans la merde. Liborio sortie alors la mangeuse d'âmes. Il n'y avait pas de temps à perdre, la fumée gagnait de plus en plus la salle. Et Liborio commençait à fatiguer, arrivé jusqu'à l'a lui avait demandé beaucoup d'efforts. Il retourna donc en arrière tranchant des bras et des têtes, en s'assurant que personne ne tente de sortir

"Léon par-ici !"
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Jeu 8 Jan - 22:52


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

La sueur coulant le long de mes tempes, le sang commençant à sécher légèrement sur le coin de ma lèvre, la respiration légèrement prononcée mais contrôlée, j'observais yeux sanglants qui pénétrait dans le ring, bouteilles à la main. Alors qu'il me faisait face, il semblait m'observait avec attention, me détaillant de la tête aux pieds avec ses yeux, avant d'affirmer que j'étais du genre couillus. J'avais bien envie de lui répondre que mon rôle de combattant clandestin le demandait bien mais bon, je n'avais pas non plus à me justifier à cet étrange personnage. Pourquoi étrange ? Il suffit de résumer ce que je sais à propos de lui : il a décapité un homme à mains nues pour le spectacle, il n'est pas là pour l'argent ni pour la renommée et n'était intéressé que par le champion qui était un des hommes d'Aslan. Beaucoup de détails qui font qu'un type comme lui c'est pas commun, bien qu'en disant ça je me rends bien compte de ma position en tant que combattant engagé pour faire gagner gros mon client. D'ailleurs, en parlant de client, j'espère que ce dernier n'a pas fait l'erreur de ne pas parier sur moi car cela signifierait que j'ai combattu, essentiellement, pour rien. Une idée qui me déprimait quelque peu.

M'enfin, je l'ai déjà prévenu, s'il ne pariait pas sur moi lors de ce combat, le tribut à payer sera plus lourd. Du bénéfice pour les Dragons en somme. Cependant, revenons à nos moutons. Le fameux Liborio ouvrait ses bouteilles afin de les vider sur le corps de ce pauvre Erus qui passe une très mauvaise soirée – le fait que je dise « pauvre » ne montre prouve pas une quelconque compassion de ma part, je n'avais en réalité rien à faire de son sort tout comme je me fichais bien de savoir si c'était un homme d'Aslan ou pas. Alors que yeux sanglants plaçait une cigarette sur mes lèvres et me l'allumer, il finit par mettre à feu le champion déchu, cherchant en quelque sorte à l'achever. Je restais neutre face à ce spectacle bien que la panique se créait tout autour de la salle. Je fus cependant surpris de voir Liborio s'approcher pour me dire quelques mots, donnant donc la sensation que j'étais de pair avec cet homme avec une idée du « spectacle » assez classique. Bien qu'il me disait qu'il me ferait sortir d'ici, je soupirais...

Je peux bien affirmer que la situation deviendra bien critique avec les actions de cet étrange personnage, la panique commençait à se faire entendre, il donnait l'impression qu'on faisait partie d'un complot lui et moi, sans oublier le fait que je déteste l'idée de fumer et qu'il vient de me forcer à en avoir une dans la bouche. Je retirais l'objet à tabac d'entre mes lèvres, écrasant le bout entre mes doigts pour réduire à néant la flamme qui la consumait, tournant le regard vers les tables autour de la cage. Je ne voyais pas mon client mais lui devait probablement me voir, je jetais la cigarette par terre en tendant mon bras sur le côté, baissant le pouce tout en fixant Liborio qui venait d'en finir avec son discours.

▬ Je n'ai plus de temps à perdre ici, je me tire.

Le fait que je dise cela et que je fasse le signe de manière visible était un signal destinait à mon client mélangé dans toute cette foule. C'était le signe du Plan B, celui où il est temps de mettre les voiles et de s'en aller. La mission atteignait donc sa course finale : l'évacuation en un seul morceau. Je voyais yeux sanglants qui sortait en premier, s'engouffrant dans la masse de combattants qui avaient l'air d'en vouloir à nos têtes. Je retirais le foulard sur ma tête, observant ma main droite, je remarquais qu'elle était recouverte de marques et petites entailles, signe que je devais avoir un peu trop frapper ce soir. Sauf que j'allais en avoir encore besoin de ce poing, j'enroulais donc mon tissu autour de mon poing, serrant bien le nœud afin de pouvoir frapper encore et encore sans risquer de me briser les os sur le crane des autres.

Alors que je me préparais à sortir, je voyais un homme qui entrait, probablement dans l'idée de me faire tomber, sauf que je ne l'entendais pas de cette oreille très cher. Je m'avançais rapidement en armant mon poing, étirant mon bras de sorte à ce que mon poing caresse presque ma joue, le coude de mon bras étiré faisant une pointe dans la direction inverse, avant que je ne frappe violemment le visage du prétendant au trône du champion que j'étais devenu. Le coup fut si soudain que le bonhomme fut coupé dans sa course, volant à travers l'ouverture de la cage en tombant en arrière, bousculant de nombreuses personnes. Je commençais à courir en direction de la sortie, remarquant que d'autres se préparaient à entrer, prêts à m'empêcher de sortir. Je soupirais en sautant assez haut, m'accrochant au grillage au-dessus de l'ouverture pour, avec l'élan créé par la course et le saut, balancer mes pieds dans le visage de deux autres combattants qui crachèrent leur sang et leurs dents au sol, avant de tomber à terre. J’atterrissais derrière eux, relevant la tête pour voir où était la fameuse personne qui m'avait foutu dans l'embarras ce soir. Liborio semblait chercher à pénétrer dans tout ce tumulte de force, plongeant dans la masse musclée tout en balançant ses poings et ses pieds. Pour ma part ce n'est pas en baissant la tête et en fonçant sans regarder vers où que je me dirige que je comptais tailler ma route.

J'esquivais le coup du premier venu, saisissant son épaule d'une main et son haut au niveau du bas de son dos afin de le projeter en arrière, le laissant chuter tandis que j'avançais, armant mon poing droit tout en gardant la paume de ma main gauche ouverte. Je voyais venir un grand chauve qui plaçait son épaule en avant, chargeant dans ma direction tel un buffle. Je me plaçais sur le côté en frappant dans ses côtes avec mon poing, le stoppant net avant de passer ma main ouverte sur sa nuque et forcer pour qu'il aille bousculer les autres derrière moi alors que je continuais mon chemin. Un poing sortant de nul toucha ma joue, me forçant à serrer les dents en sentant bien le coup passer alors que je répondais d'une sorte d'uppercut avec paume ouverte dans le menton du discret qui venait de me toucher, enchaînant par un direct dans son nez afin de le faire tomber. Plus j'avançais dans la foule plus je sentais l'adrénaline monter petit à petit, forcé de m’interdire de cligner des yeux pour garder une concentration maintenue tout du long. Je sentais mon corps devenir plus léger, plus rapide alors que je traversais cet amas de muscles de manières fluides, répondant aux nombreux coups qu'on m'envoyait, en recevant d'autres mais jamais je ne m'arrêtais. Je me stoppais uniquement au moment où j'entendis des coups de feux, écarquillant les yeux avant de saisir un homme à côté de moi et le ramener devant, le forçant à se prendre une balle à ma place.

Je laissais tomber le corps, observant Liborio qui incendiait de plus en plus l'endroit, comme s'il ne savait rien faire d'autre. J'avais bien remarqué que les tirs venaient de lui et de son arme à feu. En y repensant j'aurais peut-être dû préparer une solution de repli où je pourrais disposer d'une arme, bien que ce soit trop tard à présent. Je m'approchais de mon « allié » avant de le dépasser, esquivant de peu ses coups de lames qu'il usé contre la foule. Contrairement à lui je n'en avais rien à faire qu'il y ait des témoins ou pas. Bien que ma mission de combattant clandestin soit terminé, j'avais un autre travail à remplir. Je frappais d'un puissant coup de pied la porte de service, faisant céder les verrous tandis que je sortais du bar, laissant le vigie assommé contre le mur à l'intérieur. Bien que l'on soit au beau milieu de la nuit, la ruelle était parfaitement éclairée par les nombreuses torches de... La Garde de Dyonisis. Un homme dont l'armure et la carrure étaient plus signifiantes se détachait du groupe, s'approchant dans ma direction.

▬ Sir Leonhard, vu votre état je dois en déduire que vous avez passé une bonne soirée.

▬ Pas de sarcasme avec moi, Capitaine de la Garde. Je vous rappelle que c'est vous qui m'avez engagé pour mettre cet endroit entre les mains de la milice.

▬ Et je vous remercie personnellement pour votre travail, à présent nous n'avons qu'à cueillir la repoussant marmaille qui sortira de ces lieux.

Je passais ma main dans mes cheveux, les remettant aussi droit que je le pouvais avant de marcher en direction des caisses d'alcools posées contre le mur. Je m'installais sur certaines d'entre elles, le dos reposé contre le mur, patientant. Ce soir j'étais effectivement sur deux contrats de deux clients différents. La Garde étant à la recherche d'un lieu où se dérouler des combats clandestins, c'était comme si mon fameux client marchand m'avait offert ce bar sur un plateau d'argent. Une pierre deux coups dirait-on. A présent je réfléchissais, me demandant quel pourrait bien être le sort de ce fameux Liborio. Car quand il sortira d'ici, il devra se confronter à la milice puisqu'il sera considéré comme un rebut. Devrais-je lui épargner un combat de plus ou bien le laisserais-je se débrouiller ? Je me posais encore la question...


Codage by TAC


Dernière édition par Leonhard Tempels le Sam 10 Jan - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Ven 9 Jan - 20:36

Léon passa alors à coté de Liborio, celui-ci évita habilement un coup d'épée du dynosien, Libo était déchainé, la vue du sang et l'odeur l'excitait de plus en plus, mais il était temps pour lui aussi de tirer sa révérence, la chaleur de la pièce devenait de plus en plus insoutenable et la fumée commençaient à envahir la pièce, il était de plus en plus dure de respirer, Liborio transpirait à grosses gouttes, rien de plus désagréable que d'avoir des vêtements tout collants de sueur. Il décida donc de suivre Léon avec un interval de 15 secondes, il suffirait ensuite de fermer la porte principale et de laisser rôtir tout ce beau monde. Alors que le jeune dynosien remontait vers la surface, il aperçu le corps du garde sur le sol, la porte donnant sur l'extérieure était ouverte, et l'on pouvait voir plusieurs lumières vacillantes venant de la rue. Des chuchotement s’engouffraient en même temps de la pièce, deux personnes semblaient discuter dehors, mais ils étaient beaucoup trop loin pour entendre la conversation. Que se passait-il ? Liborio ne le savait pas mais il n'avait pas le temps de réfléchir, une vingtaine d'hommes étaient à ses trousses prêt à le pendre haut et cour. Il devait traverser cette porte.

"Ça ne peut pas être pire que le dedans de toute manière "

Le jeune dynosien se précipita alors vers la sortie, il venait à peine de poser son premier pied dehors qu'une cinquantaine de torches venaient de l'éclairer, puis une dizaine de lames, plutôt bien aiguisés firent leur apparition, Liborio d'un réflexe naturel, dégaina  Incursio en mode épée et sa mangeuse d'âme et frappa les cinq épées qui étaient devant lui, ce qui freina sa course, lui permettant dans un premier temps d’éviter l’empalement et de faire un petit saut un arrière. Il expira d'un grand  coup, il s'en était fallut de peu , il analysa alors rapidement la situation en rangeant ses armes.

*Cinquante hommes devant et vingt derrière. Ce faire empaller ou se faire enculer ? *

"Encore un peu et j'était mort les gars. Mais bon désolé , j'ai jamais été trop friand de la sodomie, alors je vais devoir vous éclater "


Les hommes de la milice se regardèrent ne comprenant pas trop pourquoi Liborio parlait de sodomie, puis il avançaient d'un pas sûr et lent vers Liborio, tenant leur épée à deux mains, leur garde faisaient angle droit avec leur menton,  refermant ainsi le demi cercle sur lui, épée pointée vers sa personne, au même instant, on pouvait entendre les crient des hommes qui remontaient de l'arène. Liborio eut un léger sourire à ce moment-là, il venait d'établir un plan qui allait lui permettre de sortir de ce petit cercle, ensuite il verrait bien comment les choses allaient se dérouler. Alors que les premières mains allaient l'atteindre, il se décala légèrement sur le côté laissant sortir cinq hommes qui avec leur vitesse forcèrent directement sur la milice pour s'empaler sur les épées, Liborio qui avait prévu le coup, fonça vers les cadavres empaler qui étaient courbés, il sauta sur le dos du plus proche et l'utilisa comme tremplin pour passer au-dessus de la milice qui l'avait enfermé, Liborio était maintenant dans les airs, son bouclier dans le dos et ses deux épées dans leurs fourreaux, il les dégaina en plein vol, retomba sur ses pieds avant de laisser son poids le faire rouler sur le côté. Alors qu'il venait d'atterrir en catastrophe, trois hommes qui était près de lui lâchèrent leurs torches pour dégainer leurs armes, Liborio était encore sur le sol, un peu étourdi, il para la première lame en tournant son dos et en utilisant son bouclier pour arrêter le fer tranchant, les deux autres, il les para en plaçant ses deux épées en croix au-dessus de sa tête. Le poids des trois force réunis commençait à faire pression sur ses muscles, dans un élan de rage, il poussa un cri salvateur qui lui donna le courage de repousser les trois lames en se relevant d'un coup.l'impulsion donner fît reculer les trois hommes qui tombèrent en arrière sous le poids de leur armure et épée. La rue était maintenant totalement éclairé les flammes dévoraient le bâtiment. Des cendres volaient dans tous les sens, le vent venait de se lever donnant encore plus un air menacent au feu, Liborio était en contre jour de cette lumière la seul chose qui ressortait pour les personnes qui était face à lui était ses yeux.

Une petite escarmouche venait maintenant de débuter entre la milice et les hommes restant, Liborio allait-être tranquille avec eux, mais il devait maintenant s'occuper de ses nouveaux ennemis et là, la situation semblait plutôt mauvaise pour lui. Aucun moyen de s'échapper et encore moin de tous les affronter, son corps était beaucoup trop fatigué, il pourrait en tuer dix au grand maximum. Il devait se rendre, cela semblait être la seule option. Les trois hommes l'encerclèrent maintenant. Liborio jeta un rapide coup d’œil autour de lui, Léon, il était là ! Posez tranquillement sur une caisse entrain de l'observer. Était-il avec eux ? Ou s'était-il rendu, car il avait compris que la bataille était perdue d'avance. ? Mais ce n'était pas le moment de se poser des questions sur lui, un des gardes fonça vers Liborio épée en avant, Liborio le para avec son épée de gauche, alors qu'il allait le frapper avec la mangeuse d'âmes au niveau de son torse, un éclat de lumière frappa son oeil droit, Il s'abaissa alors rapidement pour esquiver un coup de lame direct des plus mortel, sa tête aurait certainement roulé sur le sol s'il ne l'avait pas évité. Mais les hommes semblaient-être bien entraîné, Liborio avait maintenant sa tête à porter de genoux, le milicien lui porta donc un coup direct dans la mâchoire, le seul réflexe que le dynosien eut pour éviter le K.O fut de mettre sa main devant son visage, la garde de son épée tapa alors sa tête, ce qui le fit tomber en arrière, presque K.O et laissant échapper une giclée de sang, alors qu'il reprenait ses esprit, un des gardes tenta de lui asséna un coup fatal, Liborio dut rouler plusieurs fois sur le côté pour éviter les lames ennemies qui frappaient le sol. Il se releva ensuite rapidement et cracha le sang qu'il avait en bouche. Il n'était pas question de reculer, il n'était pas non plus question de tuer ses hommes, pas qu'il n'en avait pas envie, mais les mettre juste K.O lui permettrais de finir dans une cellule au moment où il se rendrait et non pas directement à la potence. L'escarmouche était maintenant fini, d'autres gardes étaient venus porter main-forte aux trois autres. C'était un retour à la case départ pour notre protagoniste qui était totalement encerclé. Se rendre était maintenant la seule option. Les hommes s'approchait maintenant de lui, une fois à porter d'épée Liborio tendis ses bras et laissa tomber ses armes, mais avant qu'elle ne touche le sol. Il ressaisit la mangeuse d'ames et frappa le garde sur sa droite avec le plat de son épée comme pour lui mettre une baffe sur son casque, dans le même mouvement son corps suivit la rotation vers la droite, il attrapa le même garde par la tête avec sa main gauche, pour se mettre derrière lui. Il tenait maintenant un otage, mais cela ne servait à rien, il le poussa vers les autres gardes, le but de cette manœuvre ? Elle était simple, il voulait atteindre Léon. Il voulait vérifier quelque chose et c'était peut être sa dernier occasion de le voir. Liborio commençât alors à courir parant les épée ennemie, esquivant les lames, il y était presque, Léon n'était plus cas quelques mètre de lui. Il tendis alors la main, il devait absolument toucher cette homme une dernier fois. Mais d'un coup quelque choses s'enroula autour des pieds de jeune dynosien causant sa chute, en tombant il réussit quand même à frôler la chaussure de Léon. D'un coup, il poussa un crie de douleur, il eu l'impression qu'on venait de lui entailler son épaule, il porta alors directement sa main dessus.Mais pourtant celle-ci n'avait rien. S'en suivit  plusieurs douleur aussi différente les une que les autres. Trahison, solitude, tristesse, peur, maladie. Liborio ne pouvait plus en supporter tant. D'autant plus que cette impression était elle aussi revenu, il sentait comme une pression dans son cœur. Etait-ce le pouvoir de cette homme ? Faire ressentir une douleur imaginaire mais plus que réel, Liborio n'en savait rien mais temps de souffrance d'un coup aucun n'humain ne pouvait la supporter. Le jeune dynosien sombra dans le néant, il venait de s'évanouir en prononcent un prénom.

"Catherin...."  

Qu'allait-il lui arriver maintenant qu'il était à la merci de ses adversaires.?
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Sam 10 Jan - 17:18


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

Les secondes défilèrent et je devais bien avouer que je n'étais surpris par ce qui allait se passer. Comme je le pensais, le fameux Liborio sortait par la sortie que nous avions tous les deux empruntée pour pénétrer dans le monde des combats clandestins. Il eu le réflexe de s'arrêter pour ne pas s'empaler contre la garde, il avait un bon instinct et réagissait bien vite pour quelqu'un que je supposais être fou et étrange. Il dit quelques mots avant d'être confronté à la milice d'Albion, étant assez loin de l'entrée désormais je n'avais pas pu comprendre ses paroles, tant pis. Cela aurait pu être ses dernières que je ne les aurais même pas écoutées. Bien qu'il réussit à sauté par-dessus le premier mur de gardes, yeux sanglants dû faire face à bien d'autres hommes armés et entraînés. Je n'avais pas besoin de faire d'éloges à la Garde de Dyonisis, cette dernière existant depuis la fondation de ce continent et qui perpétue l'ordre de ce dernier. C'est avant tout grâce à eux que ce pays n'est pas devenu une anarchie et qu'il y a toujours un semblant de société. Mais pour survivre dans ce monde il faut être fort, et pour imposer la loi aux plus forts, il faut être encore plus fort qu'eux. C'est par le rassemblement de nombreux guerriers épousant leurs idées que la Garde finit par voir le jour, devenant l'un des aspects les plus respectés et crains de Dyonisis et surtout d'Albion où se situe leur quartier général.

Enfin bref, essayons de revenir à nos moutons. La milice dû affronter sur deux fronts différents avec d'un côté Liborio qui semblait faire tout pour survivre et d'un autre côté les combattants clandestins qui sortaient un par un du bar, désireux de fuir sans demander leurs restes. Quant à moi je restais bien assis, installé confortablement sur ses caisses ni trop hautes ni trop basses, à observer tout cela. Ce n'était plus mon problème étant donné que mon contrat ne m'en demandait pas plus que j'en ai déjà fais. Après tout je n'avais qu'à donner une raison à la milice de se battre, pourquoi devrais-je en plus combattre à leurs côtés ? J'avais connaissance de leur force, j'étais sûr qu'ils s'en sortiraient sans même une égratignure face à ces hommes sans passif. Même celui aux yeux de sang semblait avoir du mal avec trois gardes qui l'attaquaient simultanément, finissant par se résigner. C'était donc ainsi que s'arrêtait sa force... J'avouais m'attendre à mieux de sa part, j'imagine qu'il n'avait rien de différent comparé aux autres. Même si j'avoue avoir été intrigué par ses motivations.

Quelle fut ma surprise lorsque j'ai vu qu'il réussis à saisir l'un des gardes en otage et à faire en sorte de se rapprocher de moi. Une poussée d'hérésie ? Il était pourtant clair qu'une fois les clandestins mis à terre, tous se retourneraient vers Liborio. Le meilleur choix pour lui aurait été de continuer à se rendre tranquillement, cela aurait pu lui éviter de mourir. Je remarquais cependant qu'il lâchait sa prise contre la milice avant de courir dans ma direction. Il me tendait même la main. Pourquoi vers moi ? Pensait-il réellement que j'étais son allié ou capable de lui fournir une quelconque aide dans cette situation ? Cette poussée d'hérésie devait vraiment lui avoir grillé quelques cellules dans le cerveau pour qu'il pense ainsi. Pour ma part je ne bougeais pas, ayant remarqué que le Capitaine prenait en main une lance et qu'il la lancé en direction du bas de yeux sanglants. Le manche passa entre les jambes de Liborio, le faisant subitement trébuché en face de moi. Je sentis sa main toucher son pied mais je fus plus interpellé par sa réaction ensuite. Suite à son soudain cri de douleur, je le vis se replié sur lui-même, comme s'il subissait un énorme poids en lui, comme si une tiers souffrance s'emparait de son corps. Alors que sa conscience lui échappait, j'entendis clairement le nom de ma sœur sortir d'entre ses lèvres.

En entendant cela, je me levais brusquement de mon siège, le fixant avec l'air grave sur mon visage. Comment connaît-il le nom de ma sœur alors qu'il ne connaissait pas le mien avant ce soir ? Quel genre de relation a-t-il avec elle ? Sait-il seulement ce qu'est un Dragon ? Est-ce que son comportement ce soir n'était qu'un acte pour baisser ma garde ? Plusieurs questions tournaient autour de ma tête, beaucoup de questions dont les réponses étaient cachées dans l'esprit de cet homme inconscient. Alors que les gardes s'approchaient pour l'achever, je levais la main dans leur direction pour les stopper.

▬ Rangez vos armes, votre travail est fini pour ce soir. J'emmène celui-là avec moi.

▬ Hmm... Je n'y vois pas d'inconvénient mais puis-je savoir pourquoi lui en particulier ?

▬ Disons qu'il a réussis à susciter l'intérêt d'un Dragon. A une prochaine fois Capitaine, n'hésitez pas à nous recontacter : nous apprécions énormément faire affaires avec vous.

Saisissant Liborio par le col de son haut, je marchais en direction des nombreuses ruelles en le traînant derrière-moi, apercevant mon client le marchand s'approcher en sortant de l'obscurité de sa cachette, l'air inquiet.

▬ Sir ! Que signifie tout cela ?! Vous deviez me permettre de gagner une grande somme d'argent ce soir !

▬ Et c'est bien ce que j'ai fais, en utilisant la Garde comme dératiseur j'ai libéré le chemin entre vous et tout l'argent reposant dans ce lieu sanglant. Je pense que vous en tirerez bien plus que vous ne pouviez en rêver.

▬ Mais le bar est en feu en ce moment même !

▬ Pas d’inquiétudes, j'imagine que le plus gros a été sécurisé dans un coffre-fort, loin des regards insoucieux. Le Capitaine de la Garde est au courant pour notre contrat, il s'assurera de vous remettre l'argent qu'il trouvera demain à l'aube. En attendant prenait cet homme avec vous et appliquez les premiers soins, je reviendrais demain car j'ai des affaires à régler avec lui.

▬ Que qu... !

Je redressais Liborio avant de le laisser tomber entre les bras du marchand, ignorant ses complaintes et mettant mes mains dans les poches, faisant voie vers le manoir des Dragons. J'y retournais essentiellement pour traiter les quelques égratignures que j'avais et me laver de cette puante sueur qui coulait tout au long de mon corps. Sans parleur de l'odeur poisseuse de l'alcool et de la fumée que avait été happée par mes habits et ma peau puisque j'avais traîné quelques temps dans ce sous-sol. Après la nuit de repos, je réapparaissais dans la maison bien aménagée du marchand, revêtu de mes habits habituels de l'ordre des Dragons. Je me renseignais sur la situation auprès de mon client, me confirmant qu'il avait bien reçu l'argent auprès de la Garde et qu'il avait récupéré un beau pactole. Affirmant que nous réglerons les termes de ce qu'il devra payer pour mes services, je me dirigeais vers la chambre où avait été laissé Liborio, ouvrant la porte sans toquer.

▬ Debout là-dedans.


Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Liborio Amico
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 75

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Dim 11 Jan - 21:40

Alors que Liborio était inconscient, Leon trainait son corps dans les ruelles d'Albion, comme s'il tirait un simple sac de patates. Liborio reprit connaissance quelques secondes, une discussion entre deux personnes semblait avoir lieu, il était question d'argent, mais Liborio retomba rapidement dans les vapes, la seule chose qu'il avait pu apercevoir était bout de tissu qui semblait appartenir à la tenue de Léon.

Alors que le marchand ramenait le colis qu'il lui avait été confié, celui-ci, repris encore une fois connaissance essayant de parler mais sans succès, avant de repartir dans les ténèbres. La nuit était déjà bien avancé maintenant, le marchand s'occupa quand même de Liborio comme lui avait ordonné Léon, le soignant et lui faisant son bain. Avant de l'installer dans un vrai lit. Notre jeune ami se réveilla enfin aux aurores, quelqu'un venait de frapper à la porte le sortant du monde des songes, Liborio ouvrit les yeux un peu déboussolé et paniqué, ne sachant pas où il était, son premier réflexe fût de tendre sa main pour saisir une arme, mais celle-ci ne saisit que du vent. Durant ce temps la porte venait de se refermer, Liborio se leva alors de son lit et se dirigea vers la porte de sa chambre, il l'entre ouvrit délicatement pour observer ce qui se passait dans la pièce voisine, devant sa porte, une autre porte surement une autre chambre celle de son hôte, ensuite il y avait un couloir qui menait à une piece qui semblait être la piece principale

Il n'y avait qu'un homme seul accoudé à une table entrain de compter des billets, mais quelque chose attirra  rapidement le regard de Liborio, sur cette même table son armement était entreposé. Le destin semblait être en sa faveur. Le jeune dynosien compta jusqu'as trois mentalement, ouvrit la porte et se rua vers la table, celui-ci porta un low kick sur un des pieds de la chaise, le brisant ainsi, faisant basculer l'homme au sol, Liborio saisit directement Incursio et la bascula en mode gun. Certes celle-ci était déchargée mais seul Liborio le savait. Incursio était une arme très efficace, son seul défaut de conception était qu'elle prenait du temps à recharger, ce qui impliquait que durant un combat, on ne pouvait tirer que cinq coup, mais ca, seul le concepteur d'Incursio, son père et Libo lui-même le savait.

Liborio qui était torse nu et rempli de bandage, fixait maintenant de ses yeux rouge sang le marchand qui était sur le sol et apeuré. Alors que le jeune Dynosien allait prendre la parole, quelqu'un frappa de nouveau à la porte. Liborio posa un doigt sur bouche pour faire comprendre au marchand qu'il devait se taire. Il s'abaissa alors vers lui.

"Je veux que tu ouvres la porte, tu agiras comme d'habitude, si la personne veut rentrer laisse-la rentrée et s'il elle pose des questions pour la chaise, invente lui que tu as des mythes ou que sais-je. Et n'essaye pas de me rouler sinon "

Libo arma son arme pour faire comprendre à l'homme ce qu'il lui arriverait s'il tentait de le tromper. Le jeune dynosien retourna vers sa chambre mais au lieu de rentrer dans la sienne il entra dans celle du marchand laissant la porte entre ouverte pour voir et entendre ce qui se passait. Qu'elle fût son étonnement quand il entendit la voix de Léon raissonner dans la maison. Après avoir discuté entre eux, Léon se dirigeait maintenant vers la chambre de Liborio, celui-ci était beaucoup mieux habillé que durant cette nuit. Alors que Léon ouvrit la porte de sa chambre, Liborio fît de même pointant son arme dans son dos.

"Je n'ai pas l'habitude de faire la grasse matiné. Retournes-toi et ne fais pas de geste brusque. Apparemment je te dois la vie, même si c'est de ta faute que je me suis retrouvé dans cette situation embarrassante. Je pense qu'on va devoir s'expliquer. J'aimerais savoir qu'elle sorte de magie tu as utilisé sur moi. Pourquoi j'ai eu l'impression que mon coeur allait s'arrêter, c'était quoi cette solitude que j'ai ressenti, toutes cette souffrance ? "

Liborio braquait son arme sur Léon, celle-ci n'était pas chargée, mais sa, il ne le savait pas et puis même si celui-ci tentait quelque chose, Incusio pouvait toujours basculer en mode épée.L'heure de regler leur compte était enfin arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Leonhard Tempels
Dyonisien
Dyonisien
avatar


Messages : 59

Fiche démoniaque
Niveau:
1/15  (1/15)
Points d'expériences:
0/30  (0/30)
Inventaire:

MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   Lun 12 Jan - 23:22


 

 
« Premier combat ...  »

 
Feat Liborio

 

Je soupirais intérieurement... Ainsi donc le mystère de la chaise en mauvais état était résolu avec pour coupable notre ami l'homme aux yeux de sang. Je me disais bien que le marchand agissait de manière... Restreinte comme s'il avait un fusil pointé dans son dos, ce qui était le cas pour moi actuellement. Sans paraître si surpris que cela, je devais avouer que je m'attendais à divers scénarios prévisibles après la soirée que nous avions passée. J'aurais plus pensais qu'il tenterait de s'échapper et de s'évanouir dans la nature, comme tout bon truand. Le fait qu'il me menace est un autre cas de figure – qui, personnellement, me donnait envie de soupirer haut et fort – mais je me retenais en me contentant de me retourner vers lui, gardant cette expression neutre qui me caractérisait si bien. Je le fixais sans détourner mon regard sur son arme au design si étrange et innovant. Je n'avais pas le temps de m'intéresser à sa conception, mais à son maître.

En général, lorsqu'on me menace de manière aussi directe je fais en sorte d'éliminer le danger en désarmant mon opposant, que ce soit en le blessant ou en le lui retirant. Il ne me serait pas compliqué de sortir une lame de lancée depuis le manche de ma veste et de m'en servir contre Liborio, que ce soit en visant sa main, son cœur ou ses yeux, je pense qu'il le savait très bien : j'étais plutôt du genre rapide et direct. Quoique, en venir à une telle situation n'était pas la meilleure idée pour obtenir ce que je souhaite savoir. Cette confrontation à la mexicaine où chacun des deux côtés à le fil du destin de l'autre entre ses mains... Le meilleur moyen d'en sortir, que j'avais pu trouver en tout cas, était de soupirer en détachant mon attention de Liborio, lui tournant le dos pour aller dans un endroit plus spacieux : le salon. Peu importe qu'il continue de pointer son fusil sur moi ou non, s'il décide de me tirer dessus c'est son choix, mais s'il fait ça il n'aura pas de réponses aux questions avec lesquelles il est venu à moi.

Questions que je trouvent franchement bizarre, autant que lui d’ailleurs. Outre le fait qu'il m'accuse de l'avoir mis dans cet état – ce que je trouve assez couillu de sa part venant de lui, j'y reviendrais plus tard – il m'accusait également de sorcellerie, affirmant que je lui avait lancé une quelconque magie qui l'aurait rendu à l'état végétatif hier soir. Une pression au cœur ? De la solitude ? De quoi me parlait-il ? Il n'était vraiment pas net.

▬ Peut-être que tu as le temps de menacer les gens avec une arme et de les accuser des malheurs que tu t'es toi-même attiré mais pas moi. Après tout c'est bien toi qui a avoué être mon « ami » et qui a retourné le sous-sols contre nous. Enfin, je n'ai aucune idée de quoi tu me parles donc comme je ne peux pas répondre à ta question, c'est toi qui va répondre à la mienne : d'où connais-tu Catherine ?

Je pointais le doigt dans sa direction, le désignant afin de renforcer ma détermination à connaître la réponse à cette question. Mon regard passait d'un ton neutre à une nuance plus sérieuse, voir imposante. Qu'il connaisse le nom de ma sœur était une chose, qu'il le prononce en face de moi en est une autre. Je ne connaissais pas ses buts ni qui il était, mais il allait devoir répondre pour toutes ces tâches d'ombres qui prônent dans ce scénario.


Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

premier combat d'une longue vengeance ¨[Leon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (Terminer)Premier combat serieux face au champion !
» Mission de combat 1 : L’arène des héros : Premier combat (1 Grec)
» Combat à l'épée longue
» (M) PREMIER D'UNE LONGUE LISTE. • 1 personne
» Silivrien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Wish :: Continent Ouest : Dyonisis :: Albion, la capitale-